Ambrosia trifida


Nom commun : Ambroisie trifide
Catégorie : FLORE
Famille : Asteraceae
Milieu : Parcelles cultivées, gravières et bords de cours d’eau
Origine géographique : Est de l’Amérique du Nord
Nom Anglais : Giant ragweed
Auteur : Linnaeus, 1753
Introduction en France : Métropole

MODALITÉS DE GESTION
L’Ambroisie trifide est une plante annuelle pouvant mesurer de 1 à 4 m se reproduisant par graines. Pour éviter qu’elle ne se propage, il faut impérativement la supprimer avant la grenaison.

L'arrachage manuel est la technique la plus efficace sur des petites populations. Il doit être réalisé avant la floraison (avant le mois de juillet) pour éviter la libération du pollen et ne pas exposer les intervenants au risque d'allergie.

En contexte agricole notamment, la pratique du faux semis peut s’avérer efficace pour faire diminuer la banque de graine dans le sol : dans un premier temps le sol est préparé afin de favoriser la levée des ambroisies. Lorsque les plantules apparaissent, elles doivent être détruites avant de reformer de nouvelles graines. Le travail du sol permet de réduire le développement d’une population une année donnée, mais ne vise pas l’éradication de l’espèce. Il est possible de combiner les désherbages mécaniques, chimiques et les pratiques agronomiques (rotation incluant des cultures d’hiver). Par ailleurs, de nombreux cas de résistance aux herbicides, notamment les inhibiteurs de l’ALS et le glyphosate, ont été rapportés dans sa zone d’origine.

MODALITÉS D'INTRODUCTION EN FRANCE ET IMPACTS DOCUMENTÉS
L’Ambroisie trifide a été introduite en Europe au cours du XIXe siècle et a étendu son aire de distribution après la seconde guerre mondiale (Follak et al., 2013, Chauvel et al., 2015). Des semences auraient été introduites à l’occasion de l’importation de nourriture pour les animaux et de lots de semences de trèfles. En France, elle est mentionnée dans des jardins botaniques français depuis 1765 (Paris). Sa naturalisation serait liée à des introductions plus récentes et plus méridionales, probablement avec des lots de semences de soja (Chauvel et al., 2015).

L’Ambroisie trifide est considérée comme une mauvaise herbe majeure dans son aire d’origine et peut entrainer des pertes de rendement partielles voire totales sur certaines cultures. De plus, son pollen provoque d’importantes allergies : rhinites, asthmes, conjonctivites, etc.

Répartitions :
En France
En Europe

Contributions : Marilou Mottet, Observatoire des Ambroisies

Date de rédaction : 02/02/2018, version 1



Product Description

Informations sur la gestion des ambroisies disponibles sur www.ambroisie.info

Observatoire des ambroisies

INPN
DAISIE
CABI
Observatoire des ambroisies
Actualités liées aux ambroisies

Documents disponibles sur www.ambroisie.info

Anses, 2017. Analyses de risque relative à l’ambroisie trifide (Ambrosia trifida L.) et élaboration de recommandations de gestion. Avis de l’Anses, rapport d’expertise collective. 108 p.

Chapgier M.A. 2013. L'Ambroisie : impacts sanitaires et lutte en Rhône-Alpes. Colloque ANTS, 23 mai 2013. ARS Rhône-Alpes. 45 pp.

Follak, S., et al. 2013. Invasion dynamics of three allergenic invasive Asteraceae (Ambrosia trifida, Artemisia annua, Iva xanthiifolia) in central and easter Europe. Preslia, 85(1): 41-61.

Chauvel, B., et al. 2015. Développement d'Ambrosia trifida L. en France: connaissances historiques et écologiques en vue d'une éradication de l'espèce. Bulletin - Société Botanique de France, 71(3): 25 -38.

UICN France. 2015. Les espèces exotiques envahissantes sur les sites d’entreprises. Livret 1 : connaissances et recommandations générales. Paris, France, 40 pp.

UICN France. 2015. Les espèces exotiques envahissantes sur les sites d’entreprises. Livret 2 : identifier et gérer les principales espèces. Paris, France, 96 pp.

Décret relatif à la lutte contre l’ambroisie à feuilles d’armoise, l’ambroisie trifide et l’ambroisie à épis lisses

Arrêté du 26 avril 2017 relatif à la lutte contre les espèces végétales nuisibles à la santé

Arrêté du 2 juin 2017 portant désignation des organismes contribuant à certaines mesures nationales de prévention et de lutte relatives à l'ambroisie à feuille d'armoise, l'ambroisie trifide et l'ambroisie à épis lisses

CITATION

GT IBMA. 2017. Ambrosia trifida. Base d’information sur les invasions biologiques en milieux aquatiques. Groupe de travail national Invasions biologiques en milieux aquatiques. UICN France et Agence française pour la biodiversité.

Ambrosia trifida - Centre de ressources

Ressources

Informations sur la gestion des ambroisies disponibles sur www.ambroisie.info

CITATION

GT IBMA. 2017. Ambrosia trifida. Base d’information sur les invasions biologiques en milieux aquatiques. Groupe de travail national Invasions biologiques en milieux aquatiques. UICN France et Agence française pour la biodiversité.

UGS : Ambrosia-trifida Catégories : ,

Ambrosia trifida

Nom commun : Ambroisie trifide
Catégorie : FLORE
Famille : Asteraceae
Milieu : Parcelles cultivées, gravières et bords de cours d’eau
Origine géographique : Est de l’Amérique du Nord
Nom Anglais : Giant ragweed
Auteur : Linnaeus, 1753
Introduction en France : Métropole

MODALITÉS DE GESTION
L’Ambroisie trifide est une plante annuelle pouvant mesurer de 1 à 4 m se reproduisant par graines. Pour éviter qu’elle ne se propage, il faut impérativement la supprimer avant la grenaison.

L’arrachage manuel est la technique la plus efficace sur des petites populations. Il doit être réalisé avant la floraison (avant le mois de juillet) pour éviter la libération du pollen et ne pas exposer les intervenants au risque d’allergie.

En contexte agricole notamment, la pratique du faux semis peut s’avérer efficace pour faire diminuer la banque de graine dans le sol : dans un premier temps le sol est préparé afin de favoriser la levée des ambroisies. Lorsque les plantules apparaissent, elles doivent être détruites avant de reformer de nouvelles graines. Le travail du sol permet de réduire le développement d’une population une année donnée, mais ne vise pas l’éradication de l’espèce. Il est possible de combiner les désherbages mécaniques, chimiques et les pratiques agronomiques (rotation incluant des cultures d’hiver). Par ailleurs, de nombreux cas de résistance aux herbicides, notamment les inhibiteurs de l’ALS et le glyphosate, ont été rapportés dans sa zone d’origine.

MODALITÉS D’INTRODUCTION EN FRANCE ET IMPACTS DOCUMENTÉS
L’Ambroisie trifide a été introduite en Europe au cours du XIXe siècle et a étendu son aire de distribution après la seconde guerre mondiale (Follak et al., 2013, Chauvel et al., 2015). Des semences auraient été introduites à l’occasion de l’importation de nourriture pour les animaux et de lots de semences de trèfles. En France, elle est mentionnée dans des jardins botaniques français depuis 1765 (Paris). Sa naturalisation serait liée à des introductions plus récentes et plus méridionales, probablement avec des lots de semences de soja (Chauvel et al., 2015).

L’Ambroisie trifide est considérée comme une mauvaise herbe majeure dans son aire d’origine et peut entrainer des pertes de rendement partielles voire totales sur certaines cultures. De plus, son pollen provoque d’importantes allergies : rhinites, asthmes, conjonctivites, etc.

Répartitions :
En France
En Europe

Contributions : Marilou Mottet, Observatoire des Ambroisies

Date de rédaction : 02/02/2018, version 1

Contacter le Centre de ressources EEE

Pour toute information, n'hésitez pas à nous contacter. Vous reviendrons vers vous le plus rapidement possible. Cordialement, l'équipe de mise en oeuvre du Centre de ressources EEE.

Not readable? Change text. captcha txt
X