Ameiurus melas


Nom commun : Poisson-chat
Catégorie : FAUNE
Famille : Ictaluridae
Milieu : Eau douce
Origine géographique : Amérique du Nord
Nom Anglais : Black bullhead
Auteur : Rafinesque, 1820
Introduction en France : métropole

MODALITÉS DE GESTION
Les populations françaises ne font l’objet d’aucune mesure de gestion actuellement. Les vidanges d'étangs et l'élimination des individus lors de pêches peuvent cependant être efficaces pour stabiliser les populations dans les milieux fermés (Fouque et al., 2006).

MODALITÉS D’INTRODUCTION EN FRANCE ET IMPACTS DOCUMENTÉS
Le Poisson-chat a été introduit en France en 1871 et se serait rapidement échappé des bassins du Muséum d'histoire naturelle de Paris pour rejoindre la Seine en empruntant le réseau des égouts. Vanté pour la délicatesse de sa chair, les revues scientifiques du début du XXème siècle recommandent de l'introduire dans les secteurs hydrographiques les plus pollués pour satisfaire les pêcheurs à la ligne. Vers 1907, l'espèce est introduite dans des étangs du Loiret à partir desquels il a gagné le bassin de la Loire. Il a ensuite été disséminé sur l'ensemble du territoire français pour satisfaire les besoins de la pêche amateur (Pascal et al., 2006).

Peu d'impacts sont documentés en France. L'espèce entre en compétition avec les grands prédateurs autochtones, pour les sites de reproduction et au niveau trophique. Le Poisson-chat diminue l'efficacité de prédation du Brochet (Esox lucius), entraînant un effet négatif sur sa croissance et sa survie (Leprieur, 2007). En Europe, des études ont été menées en Espagne et au Portugal et indiquent des impacts potentiels par prédation sur une large gamme de proies : végétaux aquatiques, invertébrés et poissons (indigènes et exotiques) (Leunda et al., 2007).

Répartitions :
En France
En Europe

Contributions :

Date de rédaction : 22/06/2016, version 1



Product Description

Pas de retour d'expérience de gestion disponible actuellement.Invabio
Onema Nord-Est

INPN
DAISIE
GB NNSS
CABI

Fouque C., Ximenes M., Barnaud G., Levet D., Berrebi R., Duhautois L., Arnauduc JP. 2006. Les zones humides françaises : évolutions récentes. Deuxième partie : les espèces envahissantes. Faune sauvahe, 271 : 4-15.

Keith P., Persat H., Feunteun E. et Alladri J. (coord). 2011. Les poissons d’eau douce de France. Biotope, Mèze, Muséum national d’histoire naturelle, Paris (collection Inventaires et biodiversité), 552 pp.

Leunda, P.M., Oscoz, J., Elvira, B., Agorreta, A., Perea, S. & Miranda, R. (2008) Feeding habits of the exotic black bullhead Ameiurus melas (Rafinesque) in the Iberian Peninsula: first evidence of direct predation on native fish species. Journal of Fish Biology, 73,96–114.

Pascal, M., Lorvelec, O., Vigne, J.D. (2006). Invasions biologiques et extinctions : 11 000 ans d’ histoire des vertébrés en France. Versailles, FRA : Editions Quae, 352 pp.

Espèce inscrite sur la liste d’espèces animales interdites d’introduction dans les milieux aquatiques : Article R432-5.

Espèce inscrite dans la liste des espèces de poissons, crustacés et grenouilles représentées dans les eaux visées à l'article 413 du Code rural

CITATION

GT IBMA. 2016. Ameirus melas. Base d’information sur les invasions biologiques en milieux aquatiques. Groupe de travail national Invasions biologiques en milieux aquatiques. UICN France et Onema.

Ameiurus melas – Centre de ressources

CITATION

GT IBMA. 2016. Ameirus melas. Base d’information sur les invasions biologiques en milieux aquatiques. Groupe de travail national Invasions biologiques en milieux aquatiques. UICN France et Onema.

UGS : Ameiurus melas Catégories : ,

Ameiurus melas

Nom commun : Poisson-chat
Catégorie : FAUNE
Famille : Ictaluridae
Milieu : Eau douce
Origine géographique : Amérique du Nord
Nom Anglais : Black bullhead
Auteur : Rafinesque, 1820
Introduction en France : métropole

MODALITÉS DE GESTION
Les populations françaises ne font l’objet d’aucune mesure de gestion actuellement. Les vidanges d’étangs et l’élimination des individus lors de pêches peuvent cependant être efficaces pour stabiliser les populations dans les milieux fermés (Fouque et al., 2006).

MODALITÉS D’INTRODUCTION EN FRANCE ET IMPACTS DOCUMENTÉS
Le Poisson-chat a été introduit en France en 1871 et se serait rapidement échappé des bassins du Muséum d’histoire naturelle de Paris pour rejoindre la Seine en empruntant le réseau des égouts. Vanté pour la délicatesse de sa chair, les revues scientifiques du début du XXème siècle recommandent de l’introduire dans les secteurs hydrographiques les plus pollués pour satisfaire les pêcheurs à la ligne. Vers 1907, l’espèce est introduite dans des étangs du Loiret à partir desquels il a gagné le bassin de la Loire. Il a ensuite été disséminé sur l’ensemble du territoire français pour satisfaire les besoins de la pêche amateur (Pascal et al., 2006).

Peu d’impacts sont documentés en France. L’espèce entre en compétition avec les grands prédateurs autochtones, pour les sites de reproduction et au niveau trophique. Le Poisson-chat diminue l’efficacité de prédation du Brochet (Esox lucius), entraînant un effet négatif sur sa croissance et sa survie (Leprieur, 2007). En Europe, des études ont été menées en Espagne et au Portugal et indiquent des impacts potentiels par prédation sur une large gamme de proies : végétaux aquatiques, invertébrés et poissons (indigènes et exotiques) (Leunda et al., 2007).

Répartitions :
En France
En Europe

Contributions :

Date de rédaction : 22/06/2016, version 1

Contacter le Centre de ressources EEE

Pour toute information, n'hésitez pas à nous contacter. Vous reviendrons vers vous le plus rapidement possible. Cordialement, l'équipe de mise en oeuvre du Centre de ressources EEE.

Not readable? Change text. captcha txt
X