Hypophthalmichthys nobilis (Aristichthys nobilis)


Nom communs : Carpe à grosse tête
Catégories : FAUNE
Famille : Cyprinidae
Milieu : Eau douce
Origine géographique : sud de la Chine
Nom Anglais : Bighead carp
Auteur : Richardson, 1845
Introduction en France : métropole

MODALITÉS DE GESTION
L’espèce ne fait pas l’objet de mesures de gestion particulières.

MODALITÉS D’INTRODUCTION EN FRANCE ET IMPACTS DOCUMENTÉS
La Carpe à grosse tête a été introduite en France principalement pour l'entretien de la végétation aquatique de plans d'eau. Elle se retrouve exceptionnellement dans les eaux libres françaises où elle est incapable de se maintenir naturellement (Keith et al., 2011). Une enquête menée en 2011 (Teletchea et Le Doré, 2011) indique qu'aucune Carpe à grosse tête n'a été pêchée dans les cours d'eau en France métropolitaine au cours des trois dernières décennies, mais cette espèce est peu connue des pêcheurs.

L'impact de la Carpe à grosse tête sur la biodiversité est peu documenté. Néanmoins, sa forte consommation de zooplancton, d'algues et d'insectes peut être à l'origine d'une compétition avec les espèces autochtones dépendantes des mêmes ressources, dont les poissons et les bivalves (Nico et Fuller, 2005). Son introduction peut conduire à une augmentation de la turbidité due à la réduction de zooplancton, provoquant un déséquilibre des populations de nanoplancton et de phytoplancton (Bernstein et Olson, 2011 ; Radke et Kahl, 2002).

C'est un vecteur de parasites à surveiller, particulièrement lors d'importations (Keith et al., 2011). Un copépode parasite (Sinergasilus polycopus) a été identifié sur ses branchies dans la partie Serbe du Danube (Lenhardt et al., 2011).

Répartitions :
En France
En Europe

Contributions :

Date de rédaction : 22/06/2016, version 1



Product Description

Pas de retour d'expérience de gestion disponible actuellement.FAO
FishBase

INPN
DAISIE
GISD
CABI

Espèce interdite d'introduction (espèce non représentée) : arrêté ministériel du 17 décembre 1985

CITATION

GT IBMA. 2016. Hypophthalmichthys nobilis (Aristichthys nobilis). Base d’information sur les invasions biologiques en milieux aquatiques. Groupe de travail national Invasions biologiques en milieux aquatiques. UICN France et Onema.

Hypophthalmichthys nobilis (Aristichthys nobilis) - Centre de ressources

Ressources

Pas de retour d’expérience de gestion disponible actuellement.

Espèce interdite d’introduction (espèce non représentée) : arrêté ministériel du 17 décembre 1985

CITATION

GT IBMA. 2016. Hypophthalmichthys nobilis (Aristichthys nobilis). Base d’information sur les invasions biologiques en milieux aquatiques. Groupe de travail national Invasions biologiques en milieux aquatiques. UICN France et Onema.

UGS : Hypophthalmichthys nobilis (Aristichthys nobilis) Catégories : ,

Hypophthalmichthys nobilis (Aristichthys nobilis)

Nom communs : Carpe à grosse tête
Catégories : FAUNE
Famille : Cyprinidae
Milieu : Eau douce
Origine géographique : sud de la Chine
Nom Anglais : Bighead carp
Auteur : Richardson, 1845
Introduction en France : métropole

MODALITÉS DE GESTION
L’espèce ne fait pas l’objet de mesures de gestion particulières.

MODALITÉS D’INTRODUCTION EN FRANCE ET IMPACTS DOCUMENTÉS
La Carpe à grosse tête a été introduite en France principalement pour l’entretien de la végétation aquatique de plans d’eau. Elle se retrouve exceptionnellement dans les eaux libres françaises où elle est incapable de se maintenir naturellement (Keith et al., 2011). Une enquête menée en 2011 (Teletchea et Le Doré, 2011) indique qu’aucune Carpe à grosse tête n’a été pêchée dans les cours d’eau en France métropolitaine au cours des trois dernières décennies, mais cette espèce est peu connue des pêcheurs.

L’impact de la Carpe à grosse tête sur la biodiversité est peu documenté. Néanmoins, sa forte consommation de zooplancton, d’algues et d’insectes peut être à l’origine d’une compétition avec les espèces autochtones dépendantes des mêmes ressources, dont les poissons et les bivalves (Nico et Fuller, 2005). Son introduction peut conduire à une augmentation de la turbidité due à la réduction de zooplancton, provoquant un déséquilibre des populations de nanoplancton et de phytoplancton (Bernstein et Olson, 2011 ; Radke et Kahl, 2002).

C’est un vecteur de parasites à surveiller, particulièrement lors d’importations (Keith et al., 2011). Un copépode parasite (Sinergasilus polycopus) a été identifié sur ses branchies dans la partie Serbe du Danube (Lenhardt et al., 2011).

Répartitions :
En France
En Europe

Contributions :

Date de rédaction : 22/06/2016, version 1

Contacter le Centre de ressources EEE

Pour toute information, n'hésitez pas à nous contacter. Vous reviendrons vers vous le plus rapidement possible. Cordialement, l'équipe de mise en oeuvre du Centre de ressources EEE.

Not readable? Change text. captcha txt
Procambarus clarkii- ELODIE RUSSIER DECOSTER
X