Carpobrotus edulis


Nom commun : Griffe de sorcière, Figuier des Hottentots
Catégorie : FLORE
Famille : Aizoaceae
Milieu : Dunes et falaises littorales
Origine géographique : Afrique du Sud
Nom Anglais : Hottentot fig
Auteur : (L.) N.E.Br., 1926
Introduction en France : Métropole et outre-mer

MODALITÉS DE GESTION
L'espèce fait l'objet de campagnes d'arrachage manuel, notamment en Bretagne (retour d'expérience en cours de rédaction). Cette méthode n'agissant pas sur la banque de graines, ces actions sont à réaliser sur au moins trois années consécutives (Muller, 2004). D'importantes opérations d'éradication de l'espèce ont été menées sur l'île de Bagaud, dans le parc national de Port Cros (voir le programme de restauration de l'île Bagaud). La monographie de Campoy et ses collègues propose une synthèse des méthodes de gestion applicables (Campoy et al., 2018)

MODALITÉS D'INTRODUCTION EN FRANCE ET IMPACTS DOCUMENTÉS
Introduite en Europe en Belgique en 1680 puis en Angleterre en 1690, l'espèce est observée pour la première fois en milieux naturels sur les îles anglo-saxonnes en 1886 (Haury et Clergeau, 2014). En France, introduite comme plante ornementale ou pour fixer les talus, elle s'échappe des jardins pour former des populations pérennes sur les falaises en milieu naturel. Elle est désormais présente sur le littoral méditerranéen et sur la façade atlantique, du Cotentin au Pays Basque. Également présente en Corse depuis 1877 (Muller, 2004), elle y est particulièrement abondante.

Les griffes de sorcière forment de denses tapis monospécifiques qui entrainent une diminution de la biodiversité végétale. Leur présence entraine également une modification des caractéristiques du sol : l'émission de tanins et de substances anti-bactériennes ralentit la décomposition de la litière et entrainent une augmentation de la concentration en azote et en carbone organique ainsi qu'une acidification (Fried, 2012).

Répartitions :
En France métropolitaine
A l'île de la Réunion
En Europe

Contributions : 

Date de rédaction : 05/02/2020, version 2



Product Description

Régulation de la Griffe de sorcière sur les sites Natura 2000 des îles d’Ouessant, de Molène et de SeinCentre de ressources EEE
FCBN
Tela-botanicaProgramme de restauration écologique de l'île de Bagaud
INPN
DAISIE
GISD
CABICampoy, J. G., Acosta, A. T., Affre, L., Barreiro, R., Brundu, G., Buisson, E., ... & Roiloa, S. R. (2018). Monographs of invasive plants in Europe: Carpobrotus. Botany Letters, 165(3-4), 440-475.

Actes du colloque de resititution du programme de restauration de l'île Bagaud

Fried, G. 2012. Guide des plantes invasives. Éditions Belin. 272 pp.

Muller, S. (coord.) 2004. Plantes invasives en France. MNHN, Paris, 168 pp.

Haury, J., Clergeau, P. 2014. Espèces invasives en Bretagne, plantes et vertébrés continentaux. Editions Biotope. 144 pp.Espèce non règlementée.

CITATION

Centre de ressources EEE. 2020. Carpobrotus edulis. Base d’informations sur les invasions biologiques. Centre de ressources Espèces exotiques envahissantes. UICN France et Office français de la biodiversité.

Carpobrotus edulis – Centre de ressources

CITATION

Centre de ressources EEE. 2020. Carpobrotus edulis. Base d’informations sur les invasions biologiques. Centre de ressources Espèces exotiques envahissantes. UICN France et Office français de la biodiversité.

UGS : Carpobrotus-edulis Catégories : ,

Carpobrotus edulis

Nom commun : Griffe de sorcière, Figuier des Hottentots
Catégorie : FLORE
Famille : Aizoaceae
Milieu : Dunes et falaises littorales
Origine géographique : Afrique du Sud
Nom Anglais : Hottentot fig
Auteur : (L.) N.E.Br., 1926
Introduction en France : Métropole et outre-mer

MODALITÉS DE GESTION
L’espèce fait l’objet de campagnes d’arrachage manuel, notamment en Bretagne (retour d’expérience en cours de rédaction). Cette méthode n’agissant pas sur la banque de graines, ces actions sont à réaliser sur au moins trois années consécutives (Muller, 2004). D’importantes opérations d’éradication de l’espèce ont été menées sur l’île de Bagaud, dans le parc national de Port Cros (voir le programme de restauration de l’île Bagaud). La monographie de Campoy et ses collègues propose une synthèse des méthodes de gestion applicables (Campoy et al., 2018)

MODALITÉS D’INTRODUCTION EN FRANCE ET IMPACTS DOCUMENTÉS
Introduite en Europe en Belgique en 1680 puis en Angleterre en 1690, l’espèce est observée pour la première fois en milieux naturels sur les îles anglo-saxonnes en 1886 (Haury et Clergeau, 2014). En France, introduite comme plante ornementale ou pour fixer les talus, elle s’échappe des jardins pour former des populations pérennes sur les falaises en milieu naturel. Elle est désormais présente sur le littoral méditerranéen et sur la façade atlantique, du Cotentin au Pays Basque. Également présente en Corse depuis 1877 (Muller, 2004), elle y est particulièrement abondante.

Les griffes de sorcière forment de denses tapis monospécifiques qui entrainent une diminution de la biodiversité végétale. Leur présence entraine également une modification des caractéristiques du sol : l’émission de tanins et de substances anti-bactériennes ralentit la décomposition de la litière et entrainent une augmentation de la concentration en azote et en carbone organique ainsi qu’une acidification (Fried, 2012).

Répartitions :
En France métropolitaine
A l’île de la Réunion
En Europe

Contributions : 

Date de rédaction : 05/02/2020, version 2

Contacter le Centre de ressources EEE

Pour toute information, n'hésitez pas à nous contacter. Vous reviendrons vers vous le plus rapidement possible. Cordialement, l'équipe de mise en oeuvre du Centre de ressources EEE.

Not readable? Change text. captcha txt
X