Cotula coronopifolia


Nom commun : Cotule Pied-de-corbeau
Catégorie : FLORE
Famille : Asteraceae
Milieu : Pelouses humides, bords de marais, lieux vaseux inondables
Origine géographique : Afrique du sud
Nom Anglais : Brassbuttons
Auteur : Linné, 1753
Introduction en France : Métropole

MODALITÉS DE GESTION
L'arrachage manuel accompagné d'un suivi annuel sur les 5 premières années visant l'arrachage des nouveaux départs semble être le moyen le plus efficace pour gérer la présence de l'espèce sur de petits sites. D'autres techniques comme le bâchage peuvent être envisagées sur des sites densément colonisés et non soumis à submersion pendant la période de croissance. Le recours à des techniques de génie végétal visant à concurrencer la plante et limiter son développement ou sa reprise peuvent également être envisagées (A. Caillon, comm. pers.).

MODALITÉS D'INTRODUCTION EN FRANCE ET IMPACTS DOCUMENTÉS
Cultivée pour l'ornement de bassins aquatiques, l'espèce est observée dans le milieu naturel en Corse dès 1978. Dans les marais de Brière et du Brivet, la cotule est présente depuis au moins 1972, aux environs de la commune de Trignac (Dupont, 1972). Il semble s'agir du second signalement de l'espèce en métropole après les Côtes d’Armor. (J-P Damien, comm. pers.)

En Corse, la Cotule pied-de-corbeau forme des peuplements monospécifiques denses éliminant toute autre espèce sur plusieurs centaines de mètres carrés. Peu de données existent cependant sur son impact en général. En Bretagne, elle semble moins vigoureuse mais reste à surveiller (Fried, 2012).

Répartitions :
En France
Dans le monde

Contributions : Alain Dutartre (expert indépendant), Aurélien Caillon (CBN Sud Atlantique).

Date de rédaction : 24/06/2022, version 2

 



Product Description

Pas de retour d'expérience de gestion disponible actuellement.ORENVA
FCENConnaissez-vous Cotula coronopifolia ? (A. Dutartre, 2019)

INPN
EPPOFried G. 2012. Guide des plantes invasives. Belin, Paris, 272 pp.

Dupont P., 1972. La végétation du Parc de Brière. PENN AR BED. Volume 8, N° 69, 282 -295.

Van der Toorn, J. 1980. On the ecology of Cotula coronopifolia L. and Ranunculus sceleratus LI Geographic distribution, habitat, and field observations. Acta botanica neerlandica, 29(5/6), 385-396.

Van der Toorn, J., & Ten Hove, H. J. 1982. On the ecology of Cotula coronopifolia L. and Ranunculus sceleratus L. II. Experiments on germination, seed longevity, and seedling survival. Acta oecologica. Série Oecologia plantarum Montreuil, 3(4), 409-418.Espèce non réglementée.

CITATION

GT IBMA. 2016. Cotula coronipifolia. Base d’information sur les invasions biologiques en milieux aquatiques. Groupe de travail national Invasions biologiques en milieux aquatiques. UICN France et Onema.

Cotula coronopifolia – Centre de ressources

Ressources

Pas de retour d’expérience de gestion disponible actuellement.

Fried G. 2012. Guide des plantes invasives. Belin, Paris, 272 pp.

Dupont P., 1972. La végétation du Parc de Brière. PENN AR BED. Volume 8, N° 69, 282 -295.

Van der Toorn, J. 1980. On the ecology of Cotula coronopifolia L. and Ranunculus sceleratus LI Geographic distribution, habitat, and field observations. Acta botanica neerlandica, 29(5/6), 385-396.

Van der Toorn, J., & Ten Hove, H. J. 1982. On the ecology of Cotula coronopifolia L. and Ranunculus sceleratus L. II. Experiments on germination, seed longevity, and seedling survival. Acta oecologica. Série Oecologia plantarum Montreuil, 3(4), 409-418.

Espèce non réglementée.

CITATION

GT IBMA. 2016. Cotula coronipifolia. Base d’information sur les invasions biologiques en milieux aquatiques. Groupe de travail national Invasions biologiques en milieux aquatiques. UICN France et Onema.

UGS Cotula coronopifolia Catégories ,

Cotula coronopifolia

Nom commun : Cotule Pied-de-corbeau
Catégorie : FLORE
Famille : Asteraceae
Milieu : Pelouses humides, bords de marais, lieux vaseux inondables
Origine géographique : Afrique du sud
Nom Anglais : Brassbuttons
Auteur : Linné, 1753
Introduction en France : Métropole

MODALITÉS DE GESTION
L’arrachage manuel accompagné d’un suivi annuel sur les 5 premières années visant l’arrachage des nouveaux départs semble être le moyen le plus efficace pour gérer la présence de l’espèce sur de petits sites. D’autres techniques comme le bâchage peuvent être envisagées sur des sites densément colonisés et non soumis à submersion pendant la période de croissance. Le recours à des techniques de génie végétal visant à concurrencer la plante et limiter son développement ou sa reprise peuvent également être envisagées (A. Caillon, comm. pers.).

MODALITÉS D’INTRODUCTION EN FRANCE ET IMPACTS DOCUMENTÉS
Cultivée pour l’ornement de bassins aquatiques, l’espèce est observée dans le milieu naturel en Corse dès 1978. Dans les marais de Brière et du Brivet, la cotule est présente depuis au moins 1972, aux environs de la commune de Trignac (Dupont, 1972). Il semble s’agir du second signalement de l’espèce en métropole après les Côtes d’Armor. (J-P Damien, comm. pers.)

En Corse, la Cotule pied-de-corbeau forme des peuplements monospécifiques denses éliminant toute autre espèce sur plusieurs centaines de mètres carrés. Peu de données existent cependant sur son impact en général. En Bretagne, elle semble moins vigoureuse mais reste à surveiller (Fried, 2012).

Répartitions :
En France
Dans le monde

Contributions : Alain Dutartre (expert indépendant), Aurélien Caillon (CBN Sud Atlantique).

Date de rédaction : 24/06/2022, version 2

 

Contacter le Centre de ressources EEE

Pour toute information, n'hésitez pas à nous contacter. Vous reviendrons vers vous le plus rapidement possible. Cordialement, l'équipe de mise en oeuvre du Centre de ressources EEE.

Not readable? Change text. captcha txt
X