Elodea canadensis


Nom commun : Elodée du Canada
Catégorie : FLORE
Famille : Hydrocharitaceae
Milieu : Eaux stagnantes ou faiblement courantes
Origine géographique : Amérique du Nord
Nom anglais : Canadian waterweed
Auteur : Michaux
Introduction en France : Métropole

MODALITÉS DE GESTION
En cas de développement ponctuel pouvant induire une nuisance vis-­à-­vis d’un usage, l’arrachage manuel peut être envisagé au commencement de nouvelles implantations, lorsque l’espèce recouvre de petites surfaces à de faibles profondeurs (Haury et al., 2010). Il ne semble pas que les techniques de moissonnage et faucardage des populations d’élodées aient à être préconisées dans ce cas, mais, il est cependant préférable d’installer des filets pour éviter la propagation des fragments, de sécher les résidus loin de l’eau sur un sol sec (la survie des tiges est de très courte durée sur un sol sec, et il n’y a aucun risque d’apparition de forme terrestre), et de nettoyer les machines après chaque chantier (Haury et al., 2010).

MODALITÉS D'INTRODUCTION EN FRANCE ET IMPACTS DOCUMENTÉS
D’abord introduite dans les îles britanniques au 19ème siècle (1836 en Irlande), l’Elodée du Canada a été observée en France en 1845. Elle semble s’être naturalisée entre 1867 et 1875 : elle est observée dans le milieu naturel en 1975 (Haute-Vienne), puis à la même période est signalée comme très abondante à Nantes, dans l’Aube et dans le Berry (Muller, 2004, Fried, 2012).

Les proliférations de populations monospécifiques d'élodées peuvent entraîner des dysfonctionnements des milieux aquatiques, telles des anoxies périodiques. Elles constituent également un obstacle à l'écoulement des des eaux et une gêne importante pour la pratique des loisirs nautiques et de la pêche (Muller, 2004).

Répartitions :
En France

Contributions : Gabrielle Thiébaut, Alain Dutartre

Date de rédaction : 28/04/2016, version 1



Product Description

Pas de retour d'expérience de gestion disponible actuellement.FCBN
FCEN
Onema Nord-Est
CEN LR - Life + Lag'Nature
Invabio
PNR Brenne
ARPEINPN
GISD
NOBANIS
InvMed

Canton de Vaud. 2007. Plantes exotiques envahissantes - Recommandations et techniques de lutte. Elodées (Elodea nuttalii et Elodea canadensis). 2 pp.

Di Nino F. 2008. Phénoplasticité-Polymorphisme génétique et gestion conservatoire du Genre Elodea. Thèse présentée pour l'obtention du grade de docteur de l'Université de Metz. 214 pp.

Josefsson, M. 2011. NOBANIS - Invasive Species Fact Sheet – Elodea canadensis, Elodea nuttallii and Elodea callitrichoides. Online Database of the European Network on Invasive Alien Species – NOBANIS. Accessed decembre 1, 2015

Haury J., Hudin S., Matrat R., Anras L. et al., 2010. Manuel de gestion des plantes envahissant les milieux aquatiques et les berges du bassin Loire-Bretagne. Fédération des conservatoires d’espaces naturels, 136 pp.

Muller S. (coord.). 2004. Plantes invasives en France. Muséum national d'Histoire naturelle, Paris. 168 pp.

Kocic, A., Horvatic, J., & Jelaska, S. D. (2014). Distribution and morphological variations of invasive macrophytes Elodea nuttallii (Planch.) H. St. John and Elodea canadensis Michx in Croatia. Acta Botanica Croatica, 73(2).

Espèce non réglementée.

CITATION

GT IBMA. 2016. Elodea canadensis. Base d’information sur les invasions biologiques en milieux aquatiques. Groupe de travail national Invasions biologiques en milieux aquatiques. UICN France et Onema.

Elodea canadensis - Centre de ressources

Ressources

Pas de retour d’expérience de gestion disponible actuellement.

Espèce non réglementée.

CITATION

GT IBMA. 2016. Elodea canadensis. Base d’information sur les invasions biologiques en milieux aquatiques. Groupe de travail national Invasions biologiques en milieux aquatiques. UICN France et Onema.

UGS : Elodea canadensis Catégories : ,

Elodea canadensis

Nom commun : Elodée du Canada
Catégorie : FLORE
Famille : Hydrocharitaceae
Milieu : Eaux stagnantes ou faiblement courantes
Origine géographique : Amérique du Nord
Nom anglais : Canadian waterweed
Auteur : Michaux
Introduction en France : Métropole

MODALITÉS DE GESTION
En cas de développement ponctuel pouvant induire une nuisance vis-­à-­vis d’un usage, l’arrachage manuel peut être envisagé au commencement de nouvelles implantations, lorsque l’espèce recouvre de petites surfaces à de faibles profondeurs (Haury et al., 2010). Il ne semble pas que les techniques de moissonnage et faucardage des populations d’élodées aient à être préconisées dans ce cas, mais, il est cependant préférable d’installer des filets pour éviter la propagation des fragments, de sécher les résidus loin de l’eau sur un sol sec (la survie des tiges est de très courte durée sur un sol sec, et il n’y a aucun risque d’apparition de forme terrestre), et de nettoyer les machines après chaque chantier (Haury et al., 2010).

MODALITÉS D’INTRODUCTION EN FRANCE ET IMPACTS DOCUMENTÉS
D’abord introduite dans les îles britanniques au 19ème siècle (1836 en Irlande), l’Elodée du Canada a été observée en France en 1845. Elle semble s’être naturalisée entre 1867 et 1875 : elle est observée dans le milieu naturel en 1975 (Haute-Vienne), puis à la même période est signalée comme très abondante à Nantes, dans l’Aube et dans le Berry (Muller, 2004, Fried, 2012).

Les proliférations de populations monospécifiques d’élodées peuvent entraîner des dysfonctionnements des milieux aquatiques, telles des anoxies périodiques. Elles constituent également un obstacle à l’écoulement des des eaux et une gêne importante pour la pratique des loisirs nautiques et de la pêche (Muller, 2004).

Répartitions :
En France

Contributions : Gabrielle Thiébaut, Alain Dutartre

Date de rédaction : 28/04/2016, version 1

Contacter le Centre de ressources EEE

Pour toute information, n'hésitez pas à nous contacter. Vous reviendrons vers vous le plus rapidement possible. Cordialement, l'équipe de mise en oeuvre du Centre de ressources EEE.

Not readable? Change text. captcha txt
X