CITATION

UICN France et AFB. 2019. Faxonius rusticus. Base d’information sur les espèces introduites et leur gestion. Centre de ressources Espèces exotiques envahissantes.

SKU Faxonius rusticus Categories ,

Faxonius rusticus

Nom commun : Écrevisse à taches rouges
Catégorie : FAUNE
Famille : Cambaridae
Milieu : eau douce
Origine géographique : États-Unis (bassin de l’Ohio)
Nom Anglais : Rusty crayfish
Auteur : Girard, 1852
Introduction en France : métropole

MODALITÉS DE GESTION
Suite au signalement de cette espèce dans l’Aveyron en septembre 2019, des pêches à la nasse ont été réalisées afin de mieux connaitre sa répartition et éliminer le maximum d’individus. Dans le plan d’action mis en place localement, il est prévu de procéder très prochainement à la vidange du plan d’eau (superficie 5 000 m²) afin de tenter d’éradiquer la source ou au moins d’éliminer le risque de fuite vers les milieux naturels. Cette opération devrait avoir lieu avant la fin de l’année 2019 si les conditions techniques et climatiques sont réunies.

MODALITÉS D’INTRODUCTION EN FRANCE ET IMPACTS DOCUMENTÉS
Espèce signalée pour la première fois en Europe en France (Aveyron) en septembre 2019.

L’Écrevisse à taches rouges est originaire du sud-ouest de l’Ohio, du nord du Kentucky et du sud-est de l’Indiana, et le nord du Tennessee, dans le bassin hydrographique de la rivière Ohio (Perry et al. 2001a et b).

Au cours des dernières décennies Faxonius rusticus a vu son aire de répartition s’étendre rapidement en raison des introductions par les activités humaines . Elle est actuellement établie dans 20 états des Etats-Unis (USGS, 2019) et au Canada.

Partout où elle a été introduite, l’espèce est considérée comme envahissante ; elle est reconnue comme l’une des écrevisses les plus invasives au monde. Du fait d’un besoin énergétique supérieur à la moyenne des autres espèces d’écrevisses, l’Écrevisse à tache rouge présente un comportement particulièrement agressif qui, associé à des populations denses, provoquent de sérieux impacts sur la faune native (écrevisses, macroinvertébrés, bivalves) ainsi que sur la flore aquatique dont elle peut drastiquement réduire l’abondance (p. ex. Lodge & Lorman 1987 ; Olsen et al. 1991, Souty-Grosset et al. 2006). Enfin, comme toutes les écrevisses du continent nord-américain, l’Écrevisse à tâche rouge est porteuse saine d’Aphanomyces astaci, oomycète responsable de nombreuses extinctions locales de populations d’écrevisses natives en Europe et au Japon.

Répartitions :
En France
Dans le monde

Contributions : Marc Collas, Thierry Andrieu, Nicolas Poulet (Agence française pour la biodiversité), Alain Dutartre (Expert indépendant, Centre de ressources EEE), Emmanuelle Sarat et Doriane Blottière (Comité français de l’UICN), Frédéric Grandjean (Université de Poitiers), Caroline Pénil (Agence française pour la biodiversité).

Date de rédaction : 07/11/2019, version 2

Contact us

For any information, do not hesitate to contact us. We will come back to you as soon as possible. The IAS resource center implementation team.

Not readable? Change text. captcha txt
0
coquille Xerolenta obvia dessous - (c) Michal Manas - Centre de ressources EEEBerberis aquifolium (c) David Meurin - Centre de ressources
X