Ressources

Pas de retour d’expérience de gestion disponible actuellement.

Basly, J-P. 2007. Le Léiothrix jaune Léiothrix lutea en Béarn : répartition, effectifs et comportement. Ornithos 14(6): 370-375.

Clergeau, P. 2003. Le Léiothrix jaune : Leiothrix lutea (Scopoli, 1786). In : Pascal, M., Lorvelec, O., Vigne, J.-D., Keith, P. & Clergeau, P. Évolution holocène de la faune de Vertébrés de France : invasions et extinctions. Rapport INRA/CNRS/MNHN: 250.

Dubois, P., Cugnasse, J-M. 2015. Les populations d’oiseaux allochtones en France en 2014 (3e enquête nationale). Ornithos 22-2: 72-91.

Dutartre, A. 2018. Connaissez-vous le Léiothrix jaune (Leiothrix lutea) ? Groupe de travail Invasions biologiques en milieux aquatiques.

Herrando, S., Llimona, F., Brotons, L., & Quesada, J. 2010. A new exotic bird in Europe: recent spread and potential range of Red‐billed Leiothrix Leiothrix lutea in Catalonia (northeast Iberian Peninsula). Bird Study, 57(2), 226-235.

Martin–Albarracin, V. L., Amico, G. C., Simberloff, D., Nuñez, M. A., 2015. Impact of Non–Native Birds on Native Ecosystems: A Global Analysis. Plos ONE, 10: e0143070.

Pagani–Núñez, E., Renom, M., Furquet, C., Rodríguez, J., Llimona, F., & Senar, J. C. 2018. Isotopic niche overlap between the invasive leiothrix and potential native competitors. Animal Biodiversity and Conservation, 41(2), 427-434.

Pereira, P. F., Barbosa, A. M., Godinho, C., Salgueiro, P. A., Silva, R. R., & Lourenço, R. 2019. The spread of the red-billed leiothrix (Leiothrix lutea) in Europe: The conquest by an overlooked invader?. Biological Invasions, 22(2), 709-722.

Pereira, P. F., Godinho, C., Vila-Viçosa, M. J., Mota, P. G., & Lourenço, R. 2016. Competitive advantages of the red-billed leiothrix (Leiothrix lutea) invading a passerine community in Europe. Biological Invasions, 19(5), 1421-1430.

Tassin, J., Rivière, J-N. 2001. Le rôle potentiel du Leiothrix jaune Leiothrix lutea dans la germination des plantes envahissantes à la Réunion (Océan Indien). Alauda, 69(3): 34-41.

Arrêté du 8 octobre 2018 fixant les règles générales de détention d’animaux d’espèces non domestiques : Détention libre de 1 à 50 individus, certificat de capacité et autorisation d’ouverture au-delà.

CITATION

OFB & UICN France. 2021. Leiothrix lutea. Base d’information sur les espèces exotiques envahissantes. Centre de ressources Espèces exotiques envahissantes. UICN France et Office français de la biodiversité.

UGS : Leiothrix lutea Catégories : , Étiquettes : ,

Leiothrix lutea

Nom commun : Rossignol du Japon, Léiothrix jaune
Catégorie : FAUNE
Famille : Leiothrichidae
Milieu : Terrestre
Origine géographique : Sud-est de l’Asie
Nom Anglais : Red-billed leiothrix, japanease hill robin
Auteur : Scopoli, 1786
Introduction en France : métropole, La Réunion

MODALITÉS DE GESTION
L’espèce ne fait pas l’objet de mesures de gestion particulières.

MODALITÉS D’INTRODUCTION EN FRANCE ET IMPACTS DOCUMENTÉS
Le Leiothrix jaune est établi en France, Italie, Espagne et Portugal (Pereira et al., 2019). Sa répartition a plus que doublé entre la période 2000-2008 et 2000-2017. Les facteurs influençant sa distribution sont la densité de la population humaine et les températures clémentes hivernales. Sous nos latitudes, l’effet du changement climatique pourrait favoriser cette expansion.

En France, la reproduction en milieux naturels a été constatée à plusieurs reprises depuis les années 1990 (Clergeau, 2003). Le gros de la population se situerai dans le Béarn, où les effectifs sont estimés à plusieurs milliers d’individus (Basly, 2007 ; Dubois et Cugnasse, 2015). Deux autres populations se trouveraient en Ile-de-France (Yvelines et Val-d’Oise, population d’environ 200 individus) dans les Alpes-Maritimes (140-160 individus).

À l’échelle mondiale, le leiothrix est considérée parmi les envahisseurs d’oiseaux les plus nuisibles en ce qui concerne sa concurrence avec les espèces indigènes, la dispersion des espèces de plantes exotiques (Martin-Albarracin et al., 2015). Néanmoins, en Europe son impact sur le milieu naturel en métropole n’a pas été étudié. Dans leurs travaux menés au Portugal sur l’espèce, Pereira et al. (2016) ont montré qu’en matière de recherche de nourriture, il se montrait plus efficace que ses concurrents potentiels, comme le Rouge-gorge (Erithacus rubecula) ou la Fauvette à tête noire (Sylvia atricapilla), ce qui lui donnait un avantage compétitif dans le développement de sa population.

Présent à l’île de la Réunion, l’espèce y participerait à la dissémination de végétaux exotiques envahissants (Tassin et Rivière, 2001). Elle y serait également un réservoir de la malaria aviaire, transmissible via les moustiques aux oiseaux indigènes de l’île.

Répartitions :
En France
Dans le monde

Contributions : Jean-François Maillard, OFB

Date de rédaction : 22/03/2021, version 2

Contacter le Centre de ressources EEE

Pour toute information, n'hésitez pas à nous contacter. Vous reviendrons vers vous le plus rapidement possible. Cordialement, l'équipe de mise en oeuvre du Centre de ressources EEE.

Not readable? Change text. captcha txt
0
X