Macropus rufogriseus


Nom commun : Wallaby de Bennett
Catégorie : FAUNE
Famille : Macropodidae
Milieu : Terrestre
Origine géographique : Sud-est de l'Australie et Tasmanie
Nom Anglais : Red-necked Wallaby
Auteur : Desmarest, 1817
Introduction en France : métropole

MODALITÉS DE GESTION
L'espèce ne fait pas l'objet de mesures de gestion particulières.

MODALITÉS D’INTRODUCTION EN FRANCE ET IMPACTS DOCUMENTÉS
L'espèce a été introduite dans des parcs zoologiques en Europe depuis la fin du XIXe siècle (Pascal et al., 2006). En France, une vingtaine d'individus se sont échappés d'un parc zoologique à Emancé, au sud-est de Rambouillet (Yvelines), permettant l'établissement d'une petite population maronne dans ce massif forestier, dont les effectifs actuels ne sont pas connus. En Grande-Bretagne, les populations établies en milieux naturels ne présentent pas une forte dynamique, et le nombre d'individus est en déclin (hivers rudes, collisions routières, faible reproduction) (Sarat, 2012).

En Europe, il pourrait potentiellement entrer en compétition avec certaines espèces indigènes, telles que le lièvre d'Europe (Lepus europaeus) et le chevreuil (Capreolus capreolus). En Nouvelle-Zélande, où les effectifs des populations introduites sont très importants, il entre en compétition avec les troupeaux d'ongulés domestiques et endommage les forêts.

Répartitions :
En France
En Europe

Contributions :

Date de rédaction : 05/02/2018, version 1



Product Description

Pas de retour d'expérience de gestion disponible actuellement.ONCFS
Animal Diversity Web

INPN
DAISIE

Pascal, M., Lorvelec, O., Vigne, J-D. 2006. Invasions biologiques et extinctions, 11 000 ans d’histoire des vertébrés en France. Belin, Editions Quae. 350 p.

Sarat, E. (coord.) 2012. Vertébrés exotiques envahissants du bassin de la Loire (hors poissons) : connaissances et expériences de gestion. ONCFS, Plan Loire Grandeur Nature, 128 pp.Espèce interdite d'introduction dans le milieu naturel (arrêté du 30 juillet 2010). Sa détention est soumise à autorisation (arrêtés du 10 août 2004).

CITATION

GT IBMA. 2018. Macropus rufogriseus. Base d’information sur les invasions biologiques en milieux aquatiques. Groupe de travail national Invasions biologiques en milieux aquatiques. UICN France et Agence française pour la biodiversité.

Macropus rufogriseus - Centre de ressources

Ressources

Pas de retour d’expérience de gestion disponible actuellement.

Pascal, M., Lorvelec, O., Vigne, J-D. 2006. Invasions biologiques et extinctions, 11 000 ans d’histoire des vertébrés en France. Belin, Editions Quae. 350 p.

Sarat, E. (coord.) 2012. Vertébrés exotiques envahissants du bassin de la Loire (hors poissons) : connaissances et expériences de gestion. ONCFS, Plan Loire Grandeur Nature, 128 pp.

Espèce interdite d’introduction dans le milieu naturel (arrêté du 30 juillet 2010). Sa détention est soumise à autorisation (arrêtés du 10 août 2004).

CITATION

GT IBMA. 2018. Macropus rufogriseus. Base d’information sur les invasions biologiques en milieux aquatiques. Groupe de travail national Invasions biologiques en milieux aquatiques. UICN France et Agence française pour la biodiversité.

UGS : Macropus rufogriseus Catégories : ,

Macropus rufogriseus

Nom commun : Wallaby de Bennett
Catégorie : FAUNE
Famille : Macropodidae
Milieu : Terrestre
Origine géographique : Sud-est de l’Australie et Tasmanie
Nom Anglais : Red-necked Wallaby
Auteur : Desmarest, 1817
Introduction en France : métropole

MODALITÉS DE GESTION
L’espèce ne fait pas l’objet de mesures de gestion particulières.

MODALITÉS D’INTRODUCTION EN FRANCE ET IMPACTS DOCUMENTÉS
L’espèce a été introduite dans des parcs zoologiques en Europe depuis la fin du XIXe siècle (Pascal et al., 2006). En France, une vingtaine d’individus se sont échappés d’un parc zoologique à Emancé, au sud-est de Rambouillet (Yvelines), permettant l’établissement d’une petite population maronne dans ce massif forestier, dont les effectifs actuels ne sont pas connus. En Grande-Bretagne, les populations établies en milieux naturels ne présentent pas une forte dynamique, et le nombre d’individus est en déclin (hivers rudes, collisions routières, faible reproduction) (Sarat, 2012).

En Europe, il pourrait potentiellement entrer en compétition avec certaines espèces indigènes, telles que le lièvre d’Europe (Lepus europaeus) et le chevreuil (Capreolus capreolus). En Nouvelle-Zélande, où les effectifs des populations introduites sont très importants, il entre en compétition avec les troupeaux d’ongulés domestiques et endommage les forêts.

Répartitions :
En France
En Europe

Contributions :

Date de rédaction : 05/02/2018, version 1

Contacter le Centre de ressources EEE

Pour toute information, n'hésitez pas à nous contacter. Vous reviendrons vers vous le plus rapidement possible. Cordialement, l'équipe de mise en oeuvre du Centre de ressources EEE.

Not readable? Change text. captcha txt
X