CITATION

OFB & UICN France. 2020. Pueraria montana var. lobata. Base d’information sur les espèces exotiques envahissantes. Centre de ressources Espèces exotiques envahissantes. UICN France et Office français de la biodiversité.

UGS : Pueraria montana var. lobata Catégories : , , ,

Pueraria montana var. lobata

Noms communs : Kudzu, Pueraire hirsute
Catégorie : FLORE
Famille : Fabaceae
Milieu : Végétation riveraine, forêts humides, cours d’eau, bords de routes
Origine géographique : Asie de l’Est (Chine, Japon, Corée)
Nom anglais : Kudzu
Auteur : (Willdenow) Sanjappa & Pradeep, 1992
Introduction en France : Outre-mer ; absente en métropole dans le milieu naturel

MODALITÉS DE GESTION
Le brûlage et le pâturage peuvent être des mesures efficaces dans certains cas, mais ne conviennent pas pour les zones les plus colonisées comme les zones urbaines et à proximité des autoroutes. Un pâturage intensif peut éliminer le Kudzu, mais les animaux n’arrivent pas à accéder aux lianes présentes sur les arbres ou dans des zones escarpées. (EPPO, 2007)

De nombreux herbicides ont été testés (Weaver, Hoagland et Boyette, 2015). La sélection d’un traitement approprié dépend de plusieurs facteurs, tels que : l’âge et la vigueur de la population, la rugosité du terrain, la présence de milieux humides, d’habitats protégés ou de champs de culture (CABI, 2019).

Le contrôle biologique de l’espèce est encore au stade expérimental (EPPO, 2007).

MODALITÉS D’INTRODUCTION EN FRANCE ET IMPACTS DOCUMENTÉS
Le Kudzu n’a été importé que très récemment en Europe, pour un usage horticole (EPPO, 2007). Aucune installation dans le milieu naturel n’a été constaté en métropole et l’INPN considère l’espèce comme “Introduite non établie (dont cultivée ou domestique)”. On retrouve des populations de Kudzu en Italie (EPPO, 2008) et en Suisse, notamment au Tessin, où l’espèce est présente depuis près de 20 ans et suivie par la Station de recherche Agroscope Changins-Wädenswil (Bertossa et Platiau, 2013).

En Nouvelle-Calédonie, son introduction est plus ancienne (MacKee, 1994). C’est une espèce qui tire profit de la dégradation des milieux et qui peut être localement abondante dans les zones ouvertes et dégradées. Toutefois, son caractère envahissant s’exprime principalement dans les milieux anthropisés (Hequet, comm. pers.). L’espèce est également présente en Polynésie française, où elle est considérée comme potentiellement envahissantes (UICN, 2017)

En quelques années, l’espèce est capable de recouvrir et de faire totalement disparaitre la végétation existante (Bertossa et Platiau, 2013). Les autres plantes se retrouvent étranglées par les tiges de Kudzu ou étouffées sous son solide manteau de feuilles, qui bloque l’accès à la lumière et empêche la photosynthèse (Forseth et Innis, 2004).

Les tiges de Kudzu recouvrent toutes les surfaces, autant horizontales que verticales. Peu de plantes peuvent survivre une fois étouffées par P. montana var. lobata et les petits écosystèmes pourraient être radicalement modifiés car la plante forme des peuplements monospécifiques.

La capacité du Kudzu à recouvrir les arbres forestiers, fixer l’azote atmosphérique et émettre de l’isoprène suggère que l’espèce peut avoir une incidence sur la biodiversité des forêts indigènes, les cycles de l’azote forestier, la saturation en azote des bassins versants, l’eutrophisation de l’eau douce et la qualité de l’air (Forseth et Innis, 2004).

Répartitions :
En France
Dans le monde

Contributions : Vanessa Hequet (IRD) et Patrick Barrière (CEN Nouvelle-Calédonie)

Date de rédaction : 26/03/2020, version 1

Contacter le Centre de ressources EEE

Pour toute information, n'hésitez pas à nous contacter. Vous reviendrons vers vous le plus rapidement possible. Cordialement, l'équipe de mise en oeuvre du Centre de ressources EEE.

Not readable? Change text. captcha txt
0
X