Schizoporella japonica


Noms communs : /
Catégorie : FAUNE
Famille : Schizoporellidae
Milieu : Estuaire et côte
Origine géographique : Pacifique nord-ouest (de la Chine au Japon)
Nom anglais : Orange ripple bryozoan
Auteur : Ortmann, 1890
Introduction en France : -

MODALITÉS DE GESTION
Aucune mesure de gestion spécifique n’est actuellement déployée en France. Au Royaume-Uni, l'espèce fait l'objet d'une surveillance depuis 2015 dans le cadre de la directive-cadre sur la stratégie marine (directive européenne 2008/56/CE), avec 23 autres espèces non-indigènes marines (Loxton et al., 2017).

MODALITÉS D’INTRODUCTION EN FRANCE ET IMPACTS DOCUMENTÉS
Schizoporella japonica n'a pas encore été retrouvée en France, mais elle est présente dans l'ensemble des territoires du Royaume-Uni (Loxton et al., 2017).

Ce bryozoaire peut former rapidement de grandes lames encroûtante (jusqu'à 20 cm de diamètre) capables de dominer le substrat et empêcher l'établissement des autres espèces (Treibergs, 2012 ; Ryland et al., 2014). L'espèce présente aussi une menace potentielle pour les bivalves, notamment pour la Moule commune (Mytilus edulis), sur lesquels le développement de S. japonica peut empêcher l'alimentation des individus colonisés (Macleod et al., 2016).

Répartitions :
En France
Dans le monde

Contributions :  Cette fiche a été réalisée en collaboration avec l’UMS PatriNat dans le cadre de la Directive-cadre Stratégie pour le milieu marin - Anne Lizé, relecture par Cécile Massé (Service du patrimoine naturel)

Date de rédaction : 21/01/2022, version 1



Product Description

Pas de retour d’expérience de gestion disponible actuellementWebinaire ENI - mars 2022Nemesis
CABILoxton J., Wood C.A., Bishop J.D.D., Porter J.S., Spencer Jones M., Nall C.R. 2017. Distribution of the invasive bryozoan Schizoporella japonica in Great Britain and Ireland and a review of its European distribution. Biological Invasions 19: 2225–2235.

Treibergs, K. A. 2012. Settlement and growth of the marine Bryozoan Schizoporella japonica, and Epifaunal Development in the South Slough Estuary (Doctoral dissertation, University of Oregon).

Ryland J.S., Holt R., Loxton J., Spencer Jones M., Porter J.S. 2014. First occurrence of the non-native bryozoan Schizoporella japonica Ortmann (1890) in Western Europe. Zootaxa 3780: 481–502.

Macleod A., Cook E.J., Hughes D., Allen C. 2016. Investigating the impacts of marine invasive non-native species. A report by Scottish Association for Marine Science Research Services Ltd for Natural England & Natural Resources Wales, p. 59. Natural England Commissioned Reports, number 223.

Collin, S. B., Tweddle, J. F., & Shucksmith, R. J. 2015. Rapid assessment of marine non-native species in the Shetland Islands, Scotland. BioInvasions Records.Risk assessment template developed under the "Study on Invasive Alien Species Development of risk assessments to tackle priority species and enhance prevention"Espèce non réglementée.

CITATION

OFB & UICN France. 2022. Schizoporella japonica. Base d’information sur les espèces exotiques envahissantes. Centre de ressources Espèces exotiques envahissantes. UICN France et Office français de la biodiversité.

Schizoporella japonica – Centre de ressources

Ressources

Pas de retour d’expérience de gestion disponible actuellement

Espèce non réglementée.

CITATION

OFB & UICN France. 2022. Schizoporella japonica. Base d’information sur les espèces exotiques envahissantes. Centre de ressources Espèces exotiques envahissantes. UICN France et Office français de la biodiversité.

SKU Schizoporella japonica Categories , , , Tag

Schizoporella japonica

Noms communs : /
Catégorie : FAUNE
Famille : Schizoporellidae
Milieu : Estuaire et côte
Origine géographique : Pacifique nord-ouest (de la Chine au Japon)
Nom anglais : Orange ripple bryozoan
Auteur : Ortmann, 1890
Introduction en France :

MODALITÉS DE GESTION
Aucune mesure de gestion spécifique n’est actuellement déployée en France. Au Royaume-Uni, l’espèce fait l’objet d’une surveillance depuis 2015 dans le cadre de la directive-cadre sur la stratégie marine (directive européenne 2008/56/CE), avec 23 autres espèces non-indigènes marines (Loxton et al., 2017).

MODALITÉS D’INTRODUCTION EN FRANCE ET IMPACTS DOCUMENTÉS
Schizoporella japonica n’a pas encore été retrouvée en France, mais elle est présente dans l’ensemble des territoires du Royaume-Uni (Loxton et al., 2017).

Ce bryozoaire peut former rapidement de grandes lames encroûtante (jusqu’à 20 cm de diamètre) capables de dominer le substrat et empêcher l’établissement des autres espèces (Treibergs, 2012 ; Ryland et al., 2014). L’espèce présente aussi une menace potentielle pour les bivalves, notamment pour la Moule commune (Mytilus edulis), sur lesquels le développement de S. japonica peut empêcher l’alimentation des individus colonisés (Macleod et al., 2016).

Répartitions :
En France
Dans le monde

Contributions :  Cette fiche a été réalisée en collaboration avec l’UMS PatriNat dans le cadre de la Directive-cadre Stratégie pour le milieu marin – Anne Lizé, relecture par Cécile Massé (Service du patrimoine naturel)

Date de rédaction : 21/01/2022, version 1

Contact us

For any information, do not hesitate to contact us. We will come back to you as soon as possible. The IAS resource center implementation team.

Not readable? Change text. captcha txt
X