Datura stramonium


Noms communs : Stramoine commune, Datura officinale
Catégorie : FLORE
Famille : Solanaceae
Milieu : Berges exondées des cours d'eau, champs, friches et terrains vagues, décombres
Origine géographique : Asie
Nom Anglais : Thorn-apple, Jimsonweed
Auteur : Linné, 1753
Introduction en France : Métropole et outre-mer

MODALITÉS DE GESTION
Les plantes isolées peuvent facilement être arrachées manuellement. Le labour est pratiqué dans les cultures colonisées par D. stramonium à l'état de plantule. Cette méthode est beaucoup moins efficace sur les plantes matures, les tiges devenant ligneuses et les racines n'étant plus entièrement détruites. La régénération par la germination de graines subsiste pendant plusieurs années et les actions doivent être répétées pour réduire le niveau de colonisation (Parsons et Cuthbertson, 1992). Le labour après les récoltes est à éviter, car il favorise la survie des graines (qui se décomposent moins bien une fois enterrées) (Stoller et Wax, 1974). De plus, le taux de survie des graines est moins élevé dans les parcelles non-labourées (densité et diversité de prédateurs plus importante) (Brust et House, 1988). La rotation des cultures est préconisée pour éviter de replanter des cultures à risques (Sarrasin, tournesol), ainsi que l'alternance des cultures de printemps et d’été.

Pour éviter de grossir le stock de graines et pour réduire le stock semencier du sol, l'association Polleniz recommande l'arrachage manuel avant la montée en graines de la plante, et en utilisant des gants. Pour les grandes superficies colonisée, le fauchage mécanique le plus ras possible permettra de stopper le cycle végétatif de la plante (Polleniz, 2019).

Les pieds ne doivent pas être mis au compost ou sur un tas de fumier, ni brûlés (fumée hallucinogènes et toxique). Les résidus de gestion doivent alors être regroupés sur un tas spécial dans un endroit isolé en attendant leur dégradation (Polleniz, 2019)

MODALITÉS D'INTRODUCTION EN FRANCE ET IMPACTS DOCUMENTÉS
L'espèce a été importée en tant que narcotique en Europe dès le XVIIIème siècle. Les premières mentions en France dans le milieu naturel datent de 1785, dans le département du Rhône (SIFlore). Espèce cosmopolite, son origine reste indéterminée : probablement Amérique centrale (Fried, 2012).

Le Datura est une adventice parfois importante dans les cultures estivales. Il est problématique par sa toxicité dans les cultures pour conserves (haricots) (Fried, 2012). Il peut aussi occasionner d'importantes pertes de rendement (56 % pour les cultures de coton et de maïs) (Oliver et al., 1991 ; Torner et al., 1995). Dans les milieux naturels, il se développe sur les berges de rivière mais son impact n'est pas documenté (Fried, 2012).

Toutes les parties de la plante sont toxiques et peuvent être à l’origine d’effets sanitaires graves voire mortels en cas d'ingestion (Anses, 2020).

[!!] Cette espèce peut engendrer des impacts pour la santé humaine.
Pour plus d’informations, consultez la page dédiée de l’Observatoire des espèces à enjeux pour la santé humaine : https://plantes-risque.info/plantes/datura-stramoine/

Répartitions :
En France
Dans le monde

Contributions : Hélène Gervais, Cen Centre Val de Loire

Date de rédaction : 17/08/2021, version 4



Product Description

Pas de retour d'expérience de gestion disponible actuellement.Onema Nord-Est
PNR Brenne
Infloweb
Anses/Inrae
Fredon Bretagne
Plantes-risque.infoINPN
Cen Centre
DAISIE
CABI
GB NNSS

Brust GE, House GJ, 1988. Weed seed destruction by arthropods and rodents in low-input soybean agroecosystems. American Journal of Alternative Agriculture, 3(1):19-25

Fried G. 2012. Guide des plantes invasives. Belin, Paris, 272 pp.

Oliver LR, Chandler JM, Buchanan GA, 1991. Influence of geographic region on jimsonweed (Datura stramonium) interference in soybeans (Glycine max) and cotton (Gossypium hirsutum). Weed Science, 39(4):585-589

Parsons WT, Cuthbertson EG, 1992. Noxious Weeds of Australia. Melbourne, Australia: Inkata Press, 692 pp.

Stoller EW, Wax LM, 1974. Dormancy changes and the fate of some annual weed seeds in the soil. Weed Science, 22(2):151-155

Torner C, Sanchez del Arco MJ, Pardo A, Suso ML, Caudevilla ME, Zaragoza C, 1995. Growth of maize in competition with Chenopodium album L. and Datura stramonium L. Proceedings of the 1995 Congress of the Spanish Weed Science Society, Huesca, Spain, 14-16 November 1995., 323-328; 10 ref.

Anses. 2020. Intoxication grave dans un jardin potager suite à la consommation de feuilles de datura. Actualité du 31/07/2020.

Polleniz. 2019. Gérer le Datura stramoine dans les jardins et les espaces végétalisés. Article du 23/07/2019.

Espèce inscrite sur la liste des organismes nuisibles végétaux dont la détention et le transport sont interdits en Nouvelle-Calédonie : Article 1er

Espèce inscrite sur l’Annexe 4 de l’Arrêté du 24 avril 2015 relatif aux règles de bonnes conditions agricoles et environnementales (BCAE) Version consolidée au 08 juillet 2016 : couvert interdit sur les bandes tampons.

Espèce inscrite sur l'Arrêté du 4 septembre 2020 relatif à l'information préalable devant être délivrée aux acquéreurs de végétaux susceptibles de porter atteinte à la santé humaine

CITATION

OFB & UICN France. 2020. Datura stramonium. Base d’information sur les espèces exotiques envahissantes. Centre de ressources Espèces exotiques envahissantes. UICN France et Office français de la biodiversité.

Datura stramonium – Centre de ressources

Ressources

Pas de retour d’expérience de gestion disponible actuellement.

CITATION

OFB & UICN France. 2020. Datura stramonium. Base d’information sur les espèces exotiques envahissantes. Centre de ressources Espèces exotiques envahissantes. UICN France et Office français de la biodiversité.

UGS Datura stramonium Catégories , Étiquette

Datura stramonium

Noms communs : Stramoine commune, Datura officinale
Catégorie : FLORE
Famille : Solanaceae
Milieu : Berges exondées des cours d’eau, champs, friches et terrains vagues, décombres
Origine géographique : Asie
Nom Anglais : Thorn-apple, Jimsonweed
Auteur : Linné, 1753
Introduction en France : Métropole et outre-mer

MODALITÉS DE GESTION
Les plantes isolées peuvent facilement être arrachées manuellement. Le labour est pratiqué dans les cultures colonisées par D. stramonium à l’état de plantule. Cette méthode est beaucoup moins efficace sur les plantes matures, les tiges devenant ligneuses et les racines n’étant plus entièrement détruites. La régénération par la germination de graines subsiste pendant plusieurs années et les actions doivent être répétées pour réduire le niveau de colonisation (Parsons et Cuthbertson, 1992). Le labour après les récoltes est à éviter, car il favorise la survie des graines (qui se décomposent moins bien une fois enterrées) (Stoller et Wax, 1974). De plus, le taux de survie des graines est moins élevé dans les parcelles non-labourées (densité et diversité de prédateurs plus importante) (Brust et House, 1988). La rotation des cultures est préconisée pour éviter de replanter des cultures à risques (Sarrasin, tournesol), ainsi que l’alternance des cultures de printemps et d’été.

Pour éviter de grossir le stock de graines et pour réduire le stock semencier du sol, l’association Polleniz recommande l’arrachage manuel avant la montée en graines de la plante, et en utilisant des gants. Pour les grandes superficies colonisée, le fauchage mécanique le plus ras possible permettra de stopper le cycle végétatif de la plante (Polleniz, 2019).

Les pieds ne doivent pas être mis au compost ou sur un tas de fumier, ni brûlés (fumée hallucinogènes et toxique). Les résidus de gestion doivent alors être regroupés sur un tas spécial dans un endroit isolé en attendant leur dégradation (Polleniz, 2019)

MODALITÉS D’INTRODUCTION EN FRANCE ET IMPACTS DOCUMENTÉS
L’espèce a été importée en tant que narcotique en Europe dès le XVIIIème siècle. Les premières mentions en France dans le milieu naturel datent de 1785, dans le département du Rhône (SIFlore). Espèce cosmopolite, son origine reste indéterminée : probablement Amérique centrale (Fried, 2012).

Le Datura est une adventice parfois importante dans les cultures estivales. Il est problématique par sa toxicité dans les cultures pour conserves (haricots) (Fried, 2012). Il peut aussi occasionner d’importantes pertes de rendement (56 % pour les cultures de coton et de maïs) (Oliver et al., 1991 ; Torner et al., 1995). Dans les milieux naturels, il se développe sur les berges de rivière mais son impact n’est pas documenté (Fried, 2012).

Toutes les parties de la plante sont toxiques et peuvent être à l’origine d’effets sanitaires graves voire mortels en cas d’ingestion (Anses, 2020).

[!!] Cette espèce peut engendrer des impacts pour la santé humaine.
Pour plus d’informations, consultez la page dédiée de l’Observatoire des espèces à enjeux pour la santé humaine : https://plantes-risque.info/plantes/datura-stramoine/

Répartitions :
En France
Dans le monde

Contributions : Hélène Gervais, Cen Centre Val de Loire

Date de rédaction : 17/08/2021, version 4

Contacter le Centre de ressources EEE

Pour toute information, n'hésitez pas à nous contacter. Vous reviendrons vers vous le plus rapidement possible. Cordialement, l'équipe de mise en oeuvre du Centre de ressources EEE.

Not readable? Change text. captcha txt
Elaeagnus angustifolia Famartin
X