Dikerogammarus villosus


Nom commun : Gammare du Danube (ou crevette tueuse)
Catégorie : FAUNE
Famille : Gammaridae
Milieu: Eau douce
Origine géographique : Bassin Ponto-Caspien
Nom Anglais : Killer shrimp
Auteur : Sovinski-Martinov, 1894
Introduction en France : Métropole

MODALITÉS DE GESTION
L'espèce ne fait pas l'objet de mesures de gestion particulières en France.

Des études au Royaume-Uni ont montré que l'exposition à des eaux à températures élevées (plus de 36°C ) tuait 100 % des individus en 15 minutes et immédiatement pour des températures de 43°C. Ces résultats indiquent que des mesures de biosécurité consistant à nettoyer le matériel de pêche avec de l'eau chaude s'avèreraient efficaces (Stebbings et al., 2011). La mise en assec de plans d'eau a permis d'obtenir des résultats intéressants en Pologne, mais n'ont pas permis une éradication de l'espèce (10% de survie dans du sable contenant 4 % d'eau) (Poznanska et al., 2013).

MODALITÉS D’INTRODUCTION EN FRANCE ET IMPACTS DOCUMENTÉS
Après une expansion dans le Danube et les rivières allemandes, son arrivée dans les cours d'eau français est signalée à fin des années 1990. Observé dans la Saône en 1997 (Bollache et al. 2004), puis en Moselle en 1999 (Devin et al. 2001), l'espèce se répand rapidement et depuis 2003, elle est signalée dans les cours d'eau majeurs de France (Rhône, Seine et Loire) (Bollache et al. 2004).

Prédateur très efficace de macroinvertébrés, y compris d'autres amphipodes (Dick et al. 2011), le Gammare du Danube domine rapidement les communautés de crustacés. Plusieurs espèces de crustacés indigènes ont disparus des rivières de l'Est de la France après son arrivée (Bollache et al. 2004).

Répartitions :
En France
En Europe

Contributions :

Date de rédaction : 02/05/2017, version 1.



Product Description

Pas de retour d'expérience de gestion disponible actuellementOnema Nord-Est
GLANIS

INPN
DAISIE
CABI

Bollache L. et al. 2004. Rapid range extension of the Ponto-Caspian amphipod Dikerogammarus villosus in France / Potential consequences. Archiv fur Hydrobiologie 160(1):57-66.

Dick J.T.A., Platvoet D. and Kelly D.W. 2011. Predatory ipact of the freshwater invader Dikerogammarus villosus (Crustacea: Amphipoda). Journal canadien des sciences halieutiques et aquatiques. 59(6): 1078-1084.

Devin S., Beisel J.N., Bachmann V. and Moreteau J.C. 2011. Dikerogammarus villosus (Amphipoda: Gammaridae) : another invasive species newly established in the Moselle river and French hydrosystems. Ann. Limnol. 37(1):21-27.

Poznańska M., Kakareko T. & Krzyżyński M. (2013) Effect of substratum drying on the survival and migrations of Ponto-Caspian and native gammarids (Crustacea: Amphipoda). Hydrobiologia, 700, 47-59

Stebbing P.D., Sebire M. & Lyons B. (2011) Evaluation of a number of treatments to be used as biosecurity measures in controlling the spread of the invasive killer shrimp (Dikerogammarus villosus). CEFAS Final Contract Report C5256, 40pp.Espèce non réglementée.

CITATION

GT IBMA. 2016. Dikerogammarus villosus. Base d’information sur les invasions biologiques en milieux aquatiques. Groupe de travail national Invasions biologiques en milieux aquatiques. UICN France et Onema.

Dikerogammarus villosus – Centre de ressources

CITATION

GT IBMA. 2016. Dikerogammarus villosus. Base d’information sur les invasions biologiques en milieux aquatiques. Groupe de travail national Invasions biologiques en milieux aquatiques. UICN France et Onema.

UGS Dikerogammarus villosus Catégories ,

Dikerogammarus villosus

Nom commun : Gammare du Danube (ou crevette tueuse)
Catégorie : FAUNE
Famille : Gammaridae
Milieu: Eau douce
Origine géographique : Bassin Ponto-Caspien
Nom Anglais : Killer shrimp
Auteur : Sovinski-Martinov, 1894
Introduction en France : Métropole

MODALITÉS DE GESTION
L’espèce ne fait pas l’objet de mesures de gestion particulières en France.

Des études au Royaume-Uni ont montré que l’exposition à des eaux à températures élevées (plus de 36°C ) tuait 100 % des individus en 15 minutes et immédiatement pour des températures de 43°C. Ces résultats indiquent que des mesures de biosécurité consistant à nettoyer le matériel de pêche avec de l’eau chaude s’avèreraient efficaces (Stebbings et al., 2011). La mise en assec de plans d’eau a permis d’obtenir des résultats intéressants en Pologne, mais n’ont pas permis une éradication de l’espèce (10% de survie dans du sable contenant 4 % d’eau) (Poznanska et al., 2013).

MODALITÉS D’INTRODUCTION EN FRANCE ET IMPACTS DOCUMENTÉS
Après une expansion dans le Danube et les rivières allemandes, son arrivée dans les cours d’eau français est signalée à fin des années 1990. Observé dans la Saône en 1997 (Bollache et al. 2004), puis en Moselle en 1999 (Devin et al. 2001), l’espèce se répand rapidement et depuis 2003, elle est signalée dans les cours d’eau majeurs de France (Rhône, Seine et Loire) (Bollache et al. 2004).

Prédateur très efficace de macroinvertébrés, y compris d’autres amphipodes (Dick et al. 2011), le Gammare du Danube domine rapidement les communautés de crustacés. Plusieurs espèces de crustacés indigènes ont disparus des rivières de l’Est de la France après son arrivée (Bollache et al. 2004).

Répartitions :
En France
En Europe

Contributions :

Date de rédaction : 02/05/2017, version 1.

Contacter le Centre de ressources EEE

Pour toute information, n'hésitez pas à nous contacter. Vous reviendrons vers vous le plus rapidement possible. Cordialement, l'équipe de mise en oeuvre du Centre de ressources EEE.

Not readable? Change text. captcha txt
X