Ressources

Maillard, JF. & Yésou, P. 2018. La gestion de l’ibis sacré en France : savoir anticiper et réagir rapidement lors de la détection d’individus échappés de captivité. Faune Sauvage. N° 321 – 4e trimestre 2018

Yésou, P., Clergeau, P., Bastian, S., Reeber, S. & Maillard JF. 2017. The Sacred Ibis in Europe: ecology and management. British Birds 110. April 2017. 197– 212

Maillard, JF. & Caillon, C. 2021. Maitrise des population d’Ibis sacrés (Threskiornis aethiopicus) en France. Année 2020. Office français de la biodiversité et Société nationale de protection de la nature. Février 2021.

Clergeau P., Yésou P., Chadenas C. 2005. Ibis sacré Threskiornis aethiopicus, état actuel et impacts potentiels des populations introduites en France métropolitaine. Rapport INRA-ONCFS, Rennes et Nantes. 53pp.

Clergeau P., Reeber S., Bastian S., Yésou P. 2010. Le profil alimentaire de l’Ibis Sacré (Threskiorinus Aethiopicus) introduit en France métroplitaine : espèce généraliste ou spécialiste ? Revue d’écologie, 65: 331–342.

Maillard J-F et Yésou P. 2016 Etat des populations d’Ibis sacré (Threskiornis aethiopicus) en France en janvier 2016 et bilan des mesures de lutte mises en œuvre au cours de l’année 2015. Office national de la chasse et de la faune sauvage. 7 pp.

Sarat E. (coord). 2012. Les vertébrés exotiques envahissants sur le Bassin de la Loire (hors poissons) – Connaissances et expériences de gestion. Office national de la chasse et de la faune sauvage,Plan Loire Grandeur Nature, 128 pp.

Yésou P., Clergeau P. 2005. Sacred Ibis: a new invasive species in Europe. Birding World, 18: 517–526.

Robert, H., Lafontaine, R.M., Delsinne, T., Beudels-Jamar, R.C. 2013. Risk analysis of the Sacred Ibis Threskiornis aethiopicus (Latham 1790). Risk analysis report of non-native organisms in Belgium from the Royal Belgian Institute of Natural Sciences for the Federal Public Service Health, Food chain safety and Environment. 35 pp.

Espèce inscrite sur la liste des espèces exotiques envahissantes préoccupantes pour l’Union Européenne, en application du règlement européen n°1143/2014

Espèce dont l’introduction sur le territoire, y compris le transit sous surveillance douanière, l’introduction dans le milieu naturel, détention, transport, colportage, utilisation, échange, mise en vente, vente ou achat de spécimens sont interdits par l’arrêté du 14 février 2018 sur tout le territoire métropolitain et en tout temps

Détention possible uniquement dans le cadre des mesures transitoires et des mesures dérogatoires au règlement européen et répondant à l’arrêté du 8 octobre 2018 fixant les règles générales de détention d’animaux d’espèces non domestiques:

  • Mesures transitoires pour les particuliers déjà détenteurs légaux de cette espèce : selon l’article 5 de l’arrêté du 14 février 2018 ; marquage obligatoire
  • Mesures dérogatoires pour les zoos et établissement de recherche : détention possible avec certificat de capacité, autorisation d’ouverture et marquage obligatoire

CITATION

OFB & UICN France. 2021. Threskiornis aethiopicus. Base d’information sur les espèces exotiques envahissantes. Centre de ressources Espèces exotiques envahissantes. UICN France et Office français de la biodiversité.

UGS : Threskiornis aethiopicus Catégories : , , ,

Threskiornis aethiopicus

Nom commun : Ibis sacré
Catégorie : FAUNE
Famille : Threskiornithidae
Milieu : Eau douce
Origine géographique : Afrique orientale – Afrique sub-saharienne – Madagascar
Nom Anglais : Sacred ibis
Auteur : Latham,1790
Introduction en France : Métropole

MODALITÉS DE GESTION
La population férale de Camargue, issue d’échappés d’un zoo, a été maitrisée en 2007 par la mise en place sur des sites d’alimentation de zones d’appatage puis administration d’alphachloralose dans l’appât. Cette molécule chimique, utilisée comme raticide, engendre une intoxication et une hypothermie des animaux. A fortes doses, il est létal pour l’animal.
La population de l’ouest de la France, également issue de parcs, fait l’objet d’une gestion par prélèvements des individus par l’OFB depuis 2006 et des œufs par la Société Nationale de Protection de la Nature sur le lac de Grand-Lieu depuis 2009. Sur les sites d’alimentation préalablement identifiés, les interventions par tir ont recours à des leurres artificiels disposés au sol et mimant un ibis sacré en vue de les attirer. Le tir se réalise au fusil de chasse. Les colonies de reproduction sont localisées sur le lac et lorsque l’intervention est possible, les œufs sont détruits. Néanmoins, cette technique peut engendrer une seconde ponte.

Évolution du nombre minimal de couples reproducteurs dans l’ouest de la France (Source : OFB-SNPN)

L’Ibis sacré ne peut être détenu que dans les parcs habilités. En France, la population en captivité est estimée à 450 individus.

MODALITÉS D’INTRODUCTION EN FRANCE ET IMPACTS DOCUMENTÉS
Cette espèce a été introduite en France dans différents parcs zoologiques. L’absence de maitrise des oiseaux a permis l’établissement de deux populations férales, sur le littoral atlantique (du Morbihan à la Gironde) et en Méditerranée (Camargue).
On ne recense actuellement plus qu’une seule population d’Ibis sacré en France dans l’ouest de la France issus du parc de Branféré (Morbihan), dont les jeunes étaient laissés libres de voler (Yésou et al., 2017). C’est en 1991 que la première tentative de nidification hors du parc de Branféré a lieu. Pour éviter une colonisation du milieu naturel, la reproduction en zoo est arrêtée dès 1997. Mais la mesure arrive trop tard : en 2006, 1700 couples et plus de 5000 oiseaux sont recensés dans l’ouest de la France (du Morbihan à l’estuaire de la Gironde).

L’Ibis sacré peut concurrencer les espèces autochtones en occupant leurs sites de nidification (Clergeau et al., 2005). Prédateur opportuniste, il se nourrit d’invertébrés aquatiques, mais également d’amphibiens, de poissons, d’œufs et de jeunes oiseaux, ainsi que des écrevisses de Louisiane très présentes dans les marais atlantiques (Yésou et Clergeau, 2005). Ainsi, des espèces dites sensibles peuvent être impactées en période de reproduction, comme les guifettes noires ou les échasses blanches, avec notamment des cas de spécialisations individuelles de certains oiseaux (Clergeau et al., 2010).

Répartitions :
En France
Dans le monde

Contributions : Jean-François Maillard, OFB.

Date de rédaction : 26/02/2021, version 2

Contacter le Centre de ressources EEE

Pour toute information, n'hésitez pas à nous contacter. Vous reviendrons vers vous le plus rapidement possible. Cordialement, l'équipe de mise en oeuvre du Centre de ressources EEE.

Not readable? Change text. captcha txt
0
X