Ressources

Pas de retour d’expérience de gestion disponible actuellement.

Fried G. 2012. Guide des plantes invasives. Belin, Paris, 272 pp.

Cohen O., Riov J., Katan J., Gamliel A. Bar (Kutiel) P., 2008. Reducing Persistent Seed Banks of Invasive Plants by Soil Solarization-The Case of Acacia saligna. Weed Science. 56(6). Nov-Dec 2008. 860-865.

Holmes P. M; Macdonald I. A. W; Juritz J., 1987. Effects of clearing treatment on seed banks of the alien invasive shrub Acacia saligna and Acacia cyclops in the Southern and South Western Cape South Africa. Journal of Applied Ecology. 24(3). 1987. 1045-1052

Holmes, P. M. 1988. Implications of alien Acacia seed bank viability and germination for clearing. South African Journal of Botany. 54(3). 1988. 281-284.

CITATION

GT IBMA. 2016. Acacia saligna. Base d’information sur les invasions biologiques en milieux aquatiques. Groupe de travail national Invasions biologiques en milieux aquatiques. UICN France et Onema.

UGS : Acacia saligna Catégories : ,

Acacia saligna

Noms communs : Mimosa à feuilles de saule, Mimosa bleuâtre
Catégorie : FLORE
Famille : Fabaceae
Milieu : Ripisylve
Origine géographique : Australie
Nom Anglais : Port Jackson wattle
Auteur : (J.J. Labillardière) H. Wendland, 1820
Introduction en France : Métropole

MODALITÉS DE GESTION
Le contrôle mécanique est pratiqué et inclut la coupe des troncs au niveau du sol, le déracinement à l’aide de pioches. L’écorçage et l’application d’herbicides sur les souches coupées est également réalisé (Glyphosate, interdit en milieu aquatique) (ISSG, 2007). La réduction de la banque de graine du sol doit être atteindre pour espérer diminuer les populations d’A. saligna. Ceci peut être atteint par du brûlage dirigé, avec un feu très lent. L’humidification des sols permet également de réduire le taux de germination des graines (Cohen et al., 2008). 

Des essais de contrôle biologique se sont avérés concluants en Afrique du Sud, avec l’utilisation d’une rouille, Uromycladium tepperianum comme agent de contrôle. La densité des populations a été fortement réduite, ainsi que la longévité des arbres et le taux de reproduction (Morris, 1997; Wood & Morris, 2007).

MODALITÉS D’INTRODUCTION EN FRANCE ET IMPACTS DOCUMENTÉS
Le Mimosa bleuâtre a été introduit pour de nombreux usages : stabilisation des sols, production de tannins, fourrage, brise-vent ou encore pour l’ornement. L’espèce est essentiellement cultivée sur le littoral provençal (Alpes-martimes et Var) et en Corse, où elle a un comportement envahissant (Fried, 2012). Les premières mentions dans le milieu naturel datent de 2002, dans le Var, sur la presqu’île de Gien (commune de Hyères) (Siflore).

Les impacts du Mimosa argenté en France restent très localisés. Les peuplements denses produisent une litière abondante qui, en se décomposant, enrichit le sol en azote et en matière organique. La strate herbacée peut s’en retrouvée fortement modifiée. Dans le bassin méditerranéen, cette espèce est particulièrement envahissante dans les systèmes dunaires du Portugla et d’Israël ou elle a été introduite pour lutte contre l’érosion et stabiliser les dunes (Fried, 2012).

Répartitions :
En France
En Europe

Contributions :

Date de rédaction : 22/04/2016, version 1

 

Contacter le Centre de ressources EEE

Pour toute information, n'hésitez pas à nous contacter. Vous reviendrons vers vous le plus rapidement possible. Cordialement, l'équipe de mise en oeuvre du Centre de ressources EEE.

Not readable? Change text. captcha txt
0
Paspalum distichum - Sylvain Pouvaret CEN AuvergneDiadesmis_confervacea Pat KociolekDiadesmis_confervacea Pat Kociolek
X