CITATION

GT IBMA. 2016. Humulus japonicus. Base d’information sur les invasions biologiques en milieux aquatiques. Groupe de travail national Invasions biologiques en milieux aquatiques. UICN France et Onema.

UGS : Humulus japonicus Catégories : ,

Humulus scandens

Nom commun : Houblon du Japon
Catégorie : FLORE
Famille : Cannabaceae
Milieu : Berges exondées des cours d’eau
Origine géographique : Japon
Nom Anglais : Japanese hop
Auteur : Siebold & Zuccarini, 1846
Introduction en France : métropole

MODALITÉS DE GESTION
Le SMAGE des Gardons a réalisé plusieurs essais de traitement en 2014 sur l’espèce : arrachage manuel et débroussaillement mécanique. L’arrachage manuel a été réalisé en déracinant les pieds de Houblon dans différents milieux (mélanges d’herbacées, orties, canne de Provence et dans une roselière). Le débroussaillement mécanique a été réalisé avec une lame broyeuse et avec un couteau à taillis. Le broyage a permis la repousse du Houblon mais il n’a pas fleurit cette année. Le fauchage simple est à écarter, car le Houblon a repoussé de façon uniforme (en densité moindre que sur les secteurs non traités) mais cette technique ne limite pas le risque de libération du pollen et des graines. L’efficacité de l’arrachage manuel n’a pas pu être estimé, des crues à l’automne 2014 ayant considérablement modifié le site traité.

MODALITÉS D’INTRODUCTION EN FRANCE ET IMPACTS DOCUMENTÉS
Le Houblon du Japon a été introduit en 1880 au jardin des plantes de Paris pour l’ornement. La première observation dans le milieu naturel a été rapportée dans le Gard, en 2004.

L’espèce peut former des peuplements denses monospécifiques couvrant entièrement le sol sur plusieurs centaines de mètres carrés et éliminant localement certaines espèces par compétition. Son pollen possède un très fort potentiel allergisant (potentiel comparable à celui de l’Ambroisie à feuille d’Armoise). Le Houblon du japon tolérant peu le stress hydrique, les risques de concurrences avec les cultures agricoles a été estimé très faible en contexte méditerranéen. Ce constat devrait être réévalué en contexte plus humide (Fried et Reygrobellet, 2015).

Répartitions :
En France
En Europe

Contributions : Guillaume Fried (ANSES) et Jean-Philippe Reygrobellet (SMAAGE des Gardons)

Date de rédaction : 10/05/2016, version 1

Contacter le Centre de ressources EEE

Pour toute information, n'hésitez pas à nous contacter. Vous reviendrons vers vous le plus rapidement possible. Cordialement, l'équipe de mise en oeuvre du Centre de ressources EEE.

Not readable? Change text. captcha txt
0
X