Évaluer les coûts économiques des invasions biologiques pour mieux les appréhender

 In Actualités

Fruit des travaux de l’équipe de recherche internationale dirigée par Franck Courchamp, du laboratoire Écologie, systématique et évolution (CNRS, Université Paris-Saclay et AgroParisTech), une évaluation mondiale des coûts économiques engendrés par les EEE est parue début avril dans la revue Nature.

Ce travail constitue la première synthèse de l’ensemble des coûts reportés, toutes espèces confondues et à l’échelle mondiale, pour les invasions biologiques. D’après ces analyses, les dépenses occasionnées par les EEE auraient atteint entre 1970 et 2017 au moins 1 288 milliards de dollars US (soit près de 1070 milliard d’euros). De plus, ces coûts sont en augmentation constante, avec un doublement tous les six ans en moyenne. Rien que pour 2017, il dépassent les 160 milliards de dollars, soit plus de 20 fois les budgets combinés de l’ONU et de l’OMS cette année.

Pour construire cette évaluation, des milliers de données de coûts ont été compilées et analysées par l’équipe de chercheurs au sein de la base de données InvaCost. Une description de la méthodologie et des outils utilisés pour la création de cette base (Diagne et al., 2020a) ainsi qu’une description générale du projet (Diagne et al., 2020b) sont disponibles en accès libre.

Fig.1 : Coûts économiques totaux (milliards de $US, valeur 2017) (1960-2020) pour les dix espèces les plus dommageables économiquement des « 100 des pires EEE » (rouge) et autres taxons (bleu) présents dans la base de données InvaCost. Les totaux ont été déterminés pour toutes les entrées de la base de données par espèce. Les lignes horizontales en pointillés correspondent aux moyennes de la liste entière de chacun des deux groupes. (Extrait de Cuthbert et al., 2021)

Depuis la publication dans la revue, des données de coûts ont été mises à jour et de nombreuses autres informations ont été rendues disponibles pour différents taxons.

Différents articles ont ainsi été produits dans le cadre général de ce projet, dont certains sont déjà disponibles en ligne sous la forme de versions préliminaires de manuscrits, en l’attente d’une relecture par les pairs :

  • Coûts économiques mondiaux des espèces exotiques envahissantes aquatiques (Cuthbert et al., 2021)
  • Les langues non anglaises enrichissent les connaissances scientifiques : l’exemple des coûts économiques des invasions biologiques (Angulo et al., 2021a)
  • Coûts économiques mondiaux des fourmis exotiques envahissantes (Angulo at al., 2021b – preprint)
  • Coûts économiques des rongeurs envahissants dans le monde : la partie émergée de l’iceberg (Ballesteros-Mejia et al., 2021 – preprint)
  • Les coûts économiques mondiaux des invasions d’écrevisses et d’autres crustacés aquatiques (Kouba et al., 2021 – preprint)
  • Quel est le coût économique enregistré des poissons exotiques envahissants dans le monde ? (Haubrock et al., 2021a – preprint)
  • Coûts économiques massifs des bivalves envahissants dans les écosystèmes d’eau douce (Haubrock et al., 2021b – preprint)
  • L’ampleur, la diversité et la répartition des coûts économiques des invertébrés terrestres envahissants dans le monde (Renault et al., 2021 – preprint)
  • Les « 100 des pires espèces exotiques envahissantes du monde » sont-elles aussi les plus coûteuses ? (Cuthbert et al., 2021 – preprint)
  • Coûts économiques des invasions biologiques dans les aires protégées du monde – où en sommes-nous ? (Moddley et al., 2021 – preprint)
  • Gérer les invasions biologiques : le coût de l’inaction (Ahmed et al., 2021a – preprint)
  • Modélisation des coûts des dommages des espèces exotiques envahissantes (Ahmed et al., 2021b – preprint)

Les chercheurs indiquent que l’ensemble de ces publications seront disponibles gratuitement sur leur page ResearchGate, et sur le site internet de Franck Courchamp (https://www.biodiversitydynamics.fr/publications/).

Il est important de signaler que les coûts analysés dans ces documents restent cependant considérablement sous-estimés, car seules les données les plus robustes ont pu être intégrées par l’équipe de chercheurs. De plus, les connaissances actuelles sur les coûts économiques des invasions biologiques demeurent notablement fragmentées, en particulier par la diversité des espèces et de la nature de leurs impacts, dont certains ne peuvent être monétisés ou monétisables. Le manque d’études sur de nombreuses espèces ou dans de nombreuses régions augmente donc la sous-estimation des coûts.

La base InvaCost est tout de même constituée de plusieurs milliers de coûts (2 419 coûts compilés en 2020), dont par exemple l’étude sur le coût économique du contrôle du Frelon à pattes jaunes (Vespa velutina nigrithorax) qui avait fait l’objet d’un article dédié sur le site du Centre de ressources.

Fig. 2 : Répartition géographique des estimations de coûts (en millions de dollars US de 2017) disponibles dans le sous-ensemble le plus robuste de la base de données originale pour la période 1970-2017 (Extrait de la publication parue dans Nature, Diagne et al., 2021)

Malgré ces limites, ces travaux de recherches sur les coûts économiques des invasions biologiques contribuent à l’amélioration indispensable de notre compréhension globale du phénomène, pour nous aider à mieux en considérer l’ampleur et les enjeux. Par ailleurs, malgré ce colossal cumul, ces impacts économiques mesurables des relations de gestion des sociétés humaines avec ces espèces restent très probablement très mineurs par rapport aux pertes que nos activités continuent d’induire sur la biodiversité, les écosystèmes et toutes les espèces non-humaines (les coûts de dommage et de perte ayant été estimés 10 à 100 fois supérieurs aux coûts de gestion).

Ces résultats sont une information simple et somme toute assez brutale à transmettre aux décideurs institutionnels et dirigeants politiques en ces temps où les questions de changement climatique, de biodiversité et de nature, et de la responsabilité de l’espèce humaine, commencent enfin à être discutées à l’échelle de la planète.

 

Rédaction : Madeleine Freudenreich, Comité français de l’UICN, d’après les éléments envoyés par Franck Courchamp, Laboratoire d’Ecologie, Systématique & Evolution (CNRS) et Chaire de Biologie des Invasions de l’Université Paris Saclay

Relecture : Alain Dutartre, expert indépendant, Yohann Soubeyran et Emmanuelle Sarat, Comité français de l’UICN et Nicolas Poulet, OFB

 

Pour en savoir plus :

 

Références :

  • Diagne, C., Leroy, B., Vaissière, A. C., Gozlan, R. E., Roiz, D., Jarić, I., … & Courchamp, F. (2021). High and rising economic costs of biological invasions worldwide. Nature, 1-6. (Lien de consultation)
  • Ahmed, D. A., Hudgins, E. J., Cuthbert, R. N., Haubrock, P. J., Renault, D., Bonnaud, E., … & Courchamp, F. (2021b). Modelling the damage costs of invasive alien species. (https://www.researchsquare.com/article/rs-380351/v1)
  • Ahmed, D. A., Hudgins, E. J., Cuthbert, R. N., Kourantidou, M., Diagne, C., Haubrock, P. J., … & Courchamp, F. (2021a). Managing biological invasions: the cost of inaction. (https://www.researchsquare.com/article/rs-300416/v1)
  • Angulo, E., Diagne, C., Ballesteros-Mejia, L., Adamjy, T., Ahmed, D. A., Akulov, E., … & Courchamp, F. (2021a). Non-English languages enrich scientific knowledge: The example of economic costs of biological invasions. Science of The Total Environment, 144441. (https://doi.org/10.1016/j.scitotenv.2020.144441)
  • Angulo, E., Hoffmann, B. D., Ballesteros-Mejia, L., Taheri, A., Balzani, P., Renault, D., … & Courchamp, F. (2021b). Economic costs of invasive alien ants worldwide. (https://doi.org/10.21203/rs.3.rs-346306/v1)
  • Ballesteros-Mejia, L., Bodey, T., Cuthbert, R., Fantle-Lepczyk, J., Angulo, E., Dobigny, G., & Courchamp, F. (2021). Economic costs of invasive rodents worldwide: the tip of the iceberg. (https://www.researchsquare.com/article/rs-387256/v1)
  • Cuthbert, R. N., Pattison, Z., Taylor, N. G., Verbrugge, L., Diagne, C., Ahmed, D. A., … & Courchamp, F. (2021). Global economic costs of aquatic invasive alien species. Science of the Total Environment, 145238. (https://doi.org/10.1016/j.scitotenv.2021.145238)
  • Cuthbert, R., Diagne, C., Haubrock, P. J., Turbelin, A. J., & Courchamp, F. (2021). Are the “100 of the world’s worst” invasive species also the costliest?. (https://www.researchsquare.com/article/rs-227453/v1)
  • Diagne, C., Catford, J. A., Essl, F., Nuñez, M. A., & Courchamp, F. (2020b). What are the economic costs of biological invasions? A complex topic requiring international and interdisciplinary expertise. NeoBiota, 63, 25. (https://doi.org/10.3897/neobiota.63.55260)
  • Diagne, C., Leroy, B., Gozlan, R. E., Vaissière, A. C., Assailly, C., Nuninger, L., … & Courchamp, F. (2020a). InvaCost, a public database of the economic costs of biological invasions worldwide. Scientific data, 7(1), 1-12.
    (https://doi.org/10.1038/s41597-020-00586-z)
  • Haubrock, P. J., Bernery, C., Cuthbert, R. N., Liu, C., Kourantidou, M., Leroy, B., … & Gozlan, R. E. (2021a). What is the recorded economic cost of alien invasive fishes worldwide? (https://www.researchsquare.com/article/rs-381243/v1)
  • Haubrock, P. J., Cuthberg, R. N., Ricciardi, A., Diagne, C., & Courchamp, F. (2021b). Massive economic costs of invasive bivalves in freshwater ecosystems. (https://www.researchsquare.com/article/rs-389696/v1)
  • Kouba, A., Oficialdegui, F. J., Cuthbert, R. N., Kourantidou, M., South, J., Tricarico, E., … & Haubrock, P. J. (2021). SI on economic costs of invasions-Feeling the pinch: global economic costs of crayfish invasions and comparison with other aquatic crustaceans. (https://www.researchsquare.com/article/rs-381161/v1)
  • Moodley, D., Angulo, E., Cuthbert, R. N., Leung, B., Turbelin, A., Novoa, A., … & Diagne, C. (2021). Economic costs of biological invasions in protected areas worldwide-where do we stand? (https://www.researchsquare.com/article/rs-289130/v1)
  • Renault, D., Angulo, E., Cuthbert, R., Haubrock, P. J., Capinha, C., Kramer, A. M., & Courchamp, F. (2021). The magnitude, diversity, and distribution of the economic costs of invasive terrestrial invertebrates worldwide. (https://www.researchsquare.com/article/rs-215455/v1)

 

Illustration : Rattus rattus, Bernard DUPONT, via Wikimedia Commons

Cet article est également disponible en : Anglais

Contacter le Centre de ressources EEE

Pour toute information, n'hésitez pas à nous contacter. Vous reviendrons vers vous le plus rapidement possible. Cordialement, l'équipe de mise en oeuvre du Centre de ressources EEE.

Not readable? Change text. captcha txt
0
X