Pomacea sp. en Europe : découverte de deux nouvelles populations en Espagne et en Suisse

 In A surveiller de près

Coquille de Pomacea maculata © A. Benson

En 2009, une population d’escargots aquatiques exotiques envahissants du genre Pomacea avait été découverte dans le delta de l’Ebre (Espagne) (voir l’article à ce sujet dans la lettre d’information du GT IBMA numéro 3, octobre 2014). Initialement identifiée comme étant P. insularum, son nom de référence est en réalité P. maculata. Cette espèce polyphage présente de grandes capacités de reproduction et a déjà occasionné d’importants dégâts en Espagne sur le plan agronomique (rizicultures) et environnemental (impacts sur la végétation des zones humides).

Diverses techniques sont utilisées pour limiter l’expansion de ce mollusque, comme le prélèvement des adultes et des pontes, l’assèchement prolongé de certaines parcelles, la salinisation des eaux par entrée plus importante d’eau de mer, ou l’utilisation de traitements à base de saponine. Les résultats des actions engagées à grande échelle dans le delta de l’Ebre depuis 2009 sont encourageants mais une nouvelle population a été découverte en juillet 2017, sur la commune de Miravet, 40 km en amont de la zone colonisée dans le delta.

La présence de l’espèce dans cette partie du bassin versant représente un nouveau défi pour les autorités locales car la zone nouvellement colonisée se situe en amont des principales zones de captages des réseaux d’irrigation du bassin. Des interventions de gestion y ont été rapidement engagées et la pêche y a été interdite.

Cette nouvelle dispersion à longue distance intervient après la découverte en 2015, plus au nord dans la province de Catalogne, d’une population qui, depuis, semble avoir été éradiquée. L’une des hypothèses avancées pour expliquer la présence de cette espèce aussi loin du delta serait l’utilisation de ces escargots comme appâts par des pêcheurs qui auraient laissé s’échapper des individus.

Différentes tailles d’individus de Pomacea maculata © A.E. Miller

La Suisse a également signalé cette année la découverte d’une population dans une zone humide protégée sur la commune d’Ettiswil, dans le canton de Lucerne. Plus de 40 escargots ont été ramassés, le plan d’eau a été vidangé, clôturé pour éviter le départ d’individus de l’espèce, et une élimination des dépôts organiques y a ensuite été réalisée. Le site fera l’objet d’une surveillance renforcée. Dans l’hypothèse où il ne s’agirait pas d’un simple lâcher massif d’un aquarium surpeuplé, les informations récoltées au cours de ce suivi seront utiles pour mieux connaître les capacités d’adaptation de cette espèce de Pomacea aux conditions locales de température.

Ces exemples confirment la nécessité de poursuivre la surveillance de ces escargots exotiques, interdits d’introduction et de propagation depuis 2012 dans l’Union Européenne au titre de la santé des végétaux (Décision d’exécution de la commission 2012/697/UE). Pas encore observés en France, ces escargots pourraient s’établir dans les régions du sud. Toute suspicion de leur présence doit être signalée auprès du Service régional de l’Alimentation de votre région (DRAAF), en prenant soin de repérer le lieu d’observation et de fournir si possible des photos.

Pierre Ehret, Ministère de l’agriculture, 26 octobre 2017.

En savoir plus :

Cet article est également disponible en : Anglais

Contacter le Centre de ressources EEE

Pour toute information, n'hésitez pas à nous contacter. Vous reviendrons vers vous le plus rapidement possible. Cordialement, l'équipe de mise en oeuvre du Centre de ressources EEE.

Not readable? Change text. captcha txt
0
X