Valoriser le Typha en Afrique de l’Ouest ?

 In Actualités, dossiers de la lettre d'information

Depuis environ 25 ans, la colonisation par une espèce de Typha d’un vaste territoire sur le fleuve Sénégal et son bassin y cause des nuisances importantes vis-à-vis des populations et des dommages à la biodiversité. Différents programmes de régulation de cette plante ont été appliqués depuis sans qu’aucun n’ait donné tous les résultats attendus. Plus récemment, des programmes expérimentaux de valorisation de la biomasse végétale produite ont été mis en place. Portant en particulier sur la production de biocharbon de Typha ou de matériaux de construction, ils pourraient contribuer à la mise en place d’activités économiquement viables et respectueuses de l’environnement.

En Mauritanie et au Sénégal, la création du barrage anti-sel de Diama sur le fleuve Sénégal en 1986 a créé des conditions environnementales très propices au Typha (Typha domingensis), qui a pu ensuite s’implanter sur plus de 130 km de rives en colonisant plus de 250 000 ha de territoire en populations très denses causant de nombreuses nuisances vis-à-vis des populations et créant des dommages importants à la biodiversité de ces milieux. Cette espèce est souvent appelée Typha australis mais il s’agit d’une dénomination non retenue par les bases d’information comme celles de l’INPN ou la liste mondiale des plantes (World Checklist of Selected Plant Families).

Des études et évaluations sur cette situation et les moyens de réguler ces colonisations ont fait l’objet depuis deux décennies de divers travaux et publications (voir par exemple Hellsten et al., 1999 ; Varis & Fraboulet-Jussila,, 2002 ; Fall et al., 2004 ; Mietton et al., 2007 ; Borokini & Babalola, 2012 ; Kane & Akpo, 2017 ; Noba et al., 2017 ; Kotschoubey N., 2017.) et de divers documents récents, comme par exemple le rapport du GRET (Castellanet et al., 2019), réalisé pour le compte de l’OMVS (Organisme de Mise en Valeur du fleuve Sénégal). Dans ce rapport très largement consacré aux possibilités de régulation et/ou d’élimination de l’espèce par différentes techniques, un chapitre de quelques pages est toutefois consacré à sa valorisation économique et présente dans un tableau récapitulatif l’état d’avancement technologique des différentes possibilités de valorisation dans le contexte ouest-africain.

Tressage traditionnel du Typha. © GRET

Tressage traditionnel du Typha. © GRET

Cette démarche de valorisation a débuté depuis une dizaine d’année par la mise en place de différents projets, destinés à exploiter la plante pour récupérer des terres agricoles colonisées, retrouver des accès au fleuve et des activités de pêche, voire dans certaines zones, utiliser la production de biomasse de la plante comme une nouvelle matière première renouvelable, transformant ainsi une nuisance en ressource.

Cette démarche rassemble de nombreux organismes publics, au Sénégal et en Mauritanie, et des organisations non gouvernementales telles que le GRET. Le Groupe de recherche et d’échange technologique est une ONG internationale de développement, de droit français, fondée en 1976. Ses actions portent sur la pauvreté et des inégalités. Elle développe des partenariats de long terme, en France et dans ses pays d’intervention, avec des acteurs du monde associatif, économique, public ou de la recherche.

En ce qui concerne Typha domingensis, le GRET a, en particulier, mis en place un programme de valorisation de sa biomasse en “biocombustible propre et durable” avec des partenaires de Mauritanie, l’Institut supérieur d’enseignement technologique de Rosso (Iset) et le Parc national du Diawling (PND).

Ce programme est une conséquence du fait que depuis les débuts de la colonisation par la plante, aucun programme local, national ou international n’a jusqu’à présent réussi à la réguler. Ce qui a conduit en deux décennies à une très importante évolution des objectifs de gestion de cette plante, successivement passés de l’éradication, à la lutte, puis au contrôle, pour au final tenter d’en faire autant que possible une ressource en valorisant sa biomasse.

Remplacer le charbon de bois : produire du biocharbon de Typha ?

Les premiers objectifs du programme ont donc porté sur cette valorisation énergétique du typha permettant de réduire la déforestation; quelquefois illégale, engendrée par la production et la consommation de charbon de bois dans cette région du monde, principalement pour la cuisson des aliments. Dans le contexte actuel du dérèglement climatique, cette valorisation pourrait aussi contribuer à l’atténuation des émissions de gaz à effet de serre.

Séchage des briquettes de charbon de Typha après le briquetage -Unité de production du village de Garack dans la commune de Rosso en Mauritanie. Source : GRET

Séchage des briquettes de charbon de Typha après le briquetage -Unité de production du village de Garack dans la commune de Rosso en Mauritanie. Source : GRET

Les recherches menées ont permis d’élaborer un processus de fabrication d’une ressource combustible au pouvoir calorifique intéressant, produisant peu de fumée à l’utilisation, et à un coût compétitif par rapport au charbon de bois. Pour ce faire, le typha est coupé, séché, carbonisé puis compressé en briquettes qui peuvent ensuite être utilisées pour la cuisine (fiche de présentation du processus et vidéo).

Un développement vers la mise en place d’une usine de production semi-industrielle de ce biocombustible de typha, mélangé à de la balle de riz, est envisagé pour tenter de répondre aux besoins croissants en combustible alternatif au charbon de bois et aux exigences des populations urbaines. Le souhait est également de démontrer la viabilité de cette filière dans l’optique d’un déploiement à plus grande échelle et d’un transfert du modèle à d’autres régions, voire d’une application à d’autres plantes invasives. Il s’agirait d’exploiter le typha jusqu’à épuisement, pour récupérer des terres agricoles envahies, rendre l’accès au fleuve et à la pêche, etc.

Toutes les ressources produites par le GRET sur le typha (vidéos, cahiers techniques, etc.) sont désormais disponibles sur le site www.typha.org. Les vidéos retracent “l’odyssée du typha” en présentant les différentes facettes du projet. Elles montrent l’évolution de la situation, depuis l’apparition de la plante invasive et ses conséquences, jusqu’à la semi-industrialisation du processus de production du biocombustible, ses perspectives et ses limites. Des guides sur la production de charbon de Typha selon différentes modalités sont également disponibles.

D’autres pistes à explorer ?

Dans sa synthèse bibliographique sur l’invasion de Typha dans le bassin du fleuve Sénégal, Anne Calestreme (2002) citait diverses utilisations traditionnelles ou artisanales, comme matériau de construction, artisanat, médecine traditionnelle, aliment, textile et autres, et des utilisations nouvelles telles qu’isolant, paillis, paillettes, combustibles.

Elle citait également les possibilités d’utilisation fourragère qui ont d’ailleurs fait l’objet de son mémoire de DESS mais qui, apparemment, n’ont pas depuis présenté de développements notables.

Hormis le biocombustible, certaines de ces utilisations sont toujours considérées comme susceptibles d’exploitation à plus large échelle.

Il s’agirait, par exemple, de la consommation de jeunes pousses au cœur de la plante qui “s’avèrent délicieuses et sont même un mets prisé dans les gastronomies asiatiques” (https://www.gret.org/2019/05/lodyssee-du-typha/).

Matériaux de construction

Toutefois, la autre valorisation du typha portant sur l’incorporation de cette biomasse dans différents matériaux de construction semble promise à des développements beaucoup plus importants. Des travaux ont été menés sur les propriétés “thermo-physique et mécanique” de la plante avec des essais en mélange avec d’autres matériaux (ciment, sable, eau) qui en ont montré l’intérêt dans cet objectif. Dans les conclusions d’une de ces expérimentations figurait même le fait que la plante, n’ayant pas d’inertie thermique, pouvait être utilisée directement? agglomérée en panneaux d’isolation thermique.

Exemple de briquette de Typha utilisé pour la construction. © H-Sabathie-Akonor - TyCCAO

Exemple de briquette de Typha utilisé pour la construction. © H-Sabathie-Akonor – TyCCAO

Dans cette démarche actuelle de recherches de matériaux biosourcés pouvant contribuer à la fois à lutter contre la déforestation et le changement climatique, et à participer à la transition énergétique, le typha est donc devenu une cible apparemment très prometteuse. Un recueil bibliographique des ouvrages et travaux disponibles sur cette plante, clairement positionné dans un Programme National de l’Efficacité Energétique dans les Bâtiments (PNEEB) du Sénégal est disponible en ligne depuis 2014.

Dans le cadre de ce programme, différents types de matériaux isolants à base de terre et de fibres de typha, ou uniquement à base de typha ont été testés et développés au Sénégal. Ils peuvent s’intégrer dans divers systèmes de construction, pour les cloisons ou doublages de murs, les planchers voire les toitures.

Le projet “Typha Combustible Construction Afrique de l’Ouest” (TyCCAO) a le même objectif de contribuer à la transition écologique et la lutte contre le changement climatique, en développant l’utilisation de combustibles d’origine renouvelable et l’efficacité énergétique dans le bâtiment grâce à la massification et la dissémination de produits élaborés à base de typha.

Ses ambitions portent sur l’amélioration des connaissances du fonctionnement biologique de la plante, de l’accès à une énergie de substitution, à partir d’une biomasse renouvelable, sur le développement de bâtiments à faible impact environnemental avec un recours à des matériaux de construction locaux et biosourcés et sur la sensibilisation, la formation et la dynamisation de tous les acteurs concernés.

Des Premières assises du typha auront lieu à Nouakchott en 2020 à une date qui n’est pas encore précisée. Cette manifestation, annoncée lors du lancement officiel du programme à Dakar en septembre 2018, permettra des débats sur la maîtrise énergétique et le confort thermique dans l’habitat, l’économie biosourcée, la recherche et la formation, et la coopération décentralisée et la valorisation du typha dans l’économie locale, avec comme fil directeur “Typha Or vert ?”.

S’appuyant sur différents exemples mondiaux, dont celui du Typha en Afrique, les réflexions récentes menées sur les possibilités de valorisation des EEE (UICN France, 2018) comme moyen de régulation ont conduit à insister sur les précautions particulières à prendre avant d’engager une démarche de cette nature. Les études, analyses et évaluations de l’efficacité écologique d’une exploitation économique (et énergétique) du Typha déjà disponibles dans le contexte ouest-africain, comme les nécessités de développement des actions de gestion de l’espèce, devraient permettre la poursuite de ces programmes et, espérons-le, la mise en place d’activités économiquement viables et respectueuses de l’environnement dans lequel elles se développeront.

En savoir plus sur ces projets :

Rédaction : Alain Dutartre, expert indépendant

Relectures et contributions : Emmanuelle Sarat, Comité français de l’UICN

Références

Borokini T. T., Babalola F. D., 2012. Management of invasive plant species in Nigeria through economic exploitation: lessons from other countries. Management of Biological Invasions. Volume 3, Issue 1: 45–55

Caro, R., de Frutos, H., Kitwana, A., & Shen, A. (2011). Typha Charcoal in Senegal: Changing a National Threat into Durable Wealth. Massachusetts Institute of Technology, Technical Report, (15.915) : 31.

Castellanet C. et al., 2019. Etude pour l’évaluation des besoins pour le contrôle du Typha dans le delta du fleuve au Sénégal et en Mauritanie. Rapport d’état des lieux et bilan des méthodes de lutte contre le typha. OMVS, GRET. Rapport 114 p.

Fall O., Fall I., Hori N., 2004. Assessment of the Abundance and Distribution of the Aquatic Plants and Their Impacts in the Senegal River Delta: The Case of Khouma and Djoudj Streams. Weed Technology, 18 (sp1): 1203-1209.

Kane I., Akpo L. E., 2017. Effects of repetitive cuttings of the stem on the growth of Typha australis. International Journal of Information Research and Review Vol. 04, Issue, 01, 3545-3548

Kotschoubey N., 2017. Rehabilitation of the Ecological Functions of the Senegal River Delta. Business And Public Administration Studies, Vol. 11, n. 1, 25-45

Mietton M., Dumas D., Hamerlynck O., Kane A., Coly A., et al. 2007. Water management in the Senegal River Delta: a continuing uncertainty. Hydrology and Earth System Sciences Discussions, European Geosciences Union, , 4 (6), 4297-4323.

Noba K, Bassene C, Ngom A, Gueye M, Camara AA, et al., 2017 Invasive Plants of West Africa: Concepts, Overviews and Sustainable Management. Adv Recycling Waste Manag 2: 121, 9 pp.

UICN France, 2018. La valorisation socio-économique des espèces exotiques envahissantes établies en milieux naturels : un moyen de régulation adapté ? Première analyse et identification de points de vigilance. France. 84 p.

Varis O., Fraboulet-Jussila S., 2002. Water Resources Development in the Lower Senegal River Basin: Conflicting Interests, Environmental Concerns and Policy Options. International Journal of Water Resources Development. Volume 18, Issue 2

Cet article est également disponible en : Anglais

Contacter le Centre de ressources EEE

Pour toute information, n'hésitez pas à nous contacter. Vous reviendrons vers vous le plus rapidement possible. Cordialement, l'équipe de mise en oeuvre du Centre de ressources EEE.

Not readable? Change text. captcha txt
0
X