Ressources

Pas de retour d’expérience de gestion disponible actuellement

Lien FCBN
Lien FCEN
Lien fiche ONEMA
Lien fiche IBMA

Boettger, C.R. 1932. Über die Ausbreitung der Muschel Congeria cochleata Nyst in europäischen Gewässern und ihr Auftreten im Nordostseekanal. Zoologisher Anzeiger 101: 43-48.

Laine, A.O., Mattila, J. and Lehikoinen, A. 2006. First record of the brackish water dreissenid bivalve Mytilopsis leucophaeta in the northern Baltic Sea. Aquatic Invasions 1: 38-41.

Verween, A., Vincx, M., & Degraer, S. 2010. Mytilopsis leucophaeata: the brackish water equivalent of Dreissena polymorpha? A review. The zebra mussel in Europe. Backhuys Publishers, Leiden/Margraf Publishers, Weikersheim, 29-44.

Wolff, WJ. 2005. Non-indigenous marine and estuarine species in The Netherlands. Zoologische Medelingen Leiden 79(1): 1-116

Espèce non réglementée.

CITATION

OFB & UICN France. 2020. Mytilopsis leucophaeata. Base d’information sur les espèces exotiques envahissantes. Centre de ressources Espèces exotiques envahissantes. UICN France et Office français de la biodiversité.

UGS : Mytilopsis leucophaeata Catégories : ,

Mytilopsis leucophaeata

Nom Commun : Moule d’Amérique, Fausse moule brune
Catégorie : FAUNE
Famille : Dreissenidae
Milieu : Eau douce et saumâtre
Origine géographique : Amérique du Nord
Nom anglais : Dark false mussel, Conrad’s false mussel
Auteur : Conrad, 1831
Introduction en France : Métropole et outre-mer

MODALITÉS DE GESTION
L’espèce ne fait pas l’objet de mesures de gestion particulières en France.

MODALITÉS D’INTRODUCTION EN FRANCE ET IMPACTS DOCUMENTES
Le premier signalement en Europe date de 1835, où la moule d’Amérique a été observée dans l’estuaire de l’Escaut près d’Anvers, en Belgique (NOBANIS). L’espèce a été trouvée en France en 1872, vers Dunkerque (Boettger, 1933).

Contrairement à D. polymorpha, qui peut se développer très rapidement, M. leucophaeata est un colonisateur naturel assez lent avec de faibles capacités de dispersion, limité aux plans d’eau saumâtres. La lente dispersion de M. leucophaeata dans les eaux européennes indique que sa dispersion nécessite des interférences humaines, et son association avec des structures artificielles et d’autres espèces exotiques indique que le transport maritime est le principal agent. Wolff (2005) conclut que l’encrassement de la coque est le vecteur le plus probable, tandis que Laine et al. (2006) affirme que l’eau de ballast a été le principal vecteur.

Sa reproduction rapide dans un environnement peut entraîner des populations extrêmement denses qui obstruent les prises d’eau et peuvent endommager ou provoquer une défaillance des systèmes (GISD, 2020). Des exemples spécifiques de son encrassement biologique ont été signalés en Belgique, en Finlande et aux Pays-Bas avec des densités allant de dizaines de milliers à même des millions d’individus / m² (GISD, 2020).

Répartitions :
En France
Dans le monde

Contributions :

Date de rédaction : 16/06/2020, version 1.

Contacter le Centre de ressources EEE

Pour toute information, n'hésitez pas à nous contacter. Vous reviendrons vers vous le plus rapidement possible. Cordialement, l'équipe de mise en oeuvre du Centre de ressources EEE.

Not readable? Change text. captcha txt
0
X