Retour d’expérience sur une opération de tir sélectif de Tortue de Floride (Trachemys scripta) dans le « Val d’Allier Bourbonnais »

 In dossiers de la lettre d'information

JL Marandon et Ch. Benoit (ONCFS – SD Allier), F. Veron (CEN Allier), D. Happe (DREAL Auvergne) et PH Peyret (DDT Allier)

Dans le département de l’Allier, plusieurs sites occupés par la Cistude d’Europe (Emys orbicularis) sont également colonisés par la Tortue de Floride (Trachemys scripta). En 2012, le Conservatoire d’Espaces Naturels de l’Allier (CEN Allier), opérateur régional du plan d’actions en faveur de la Cistude d’Europe, a effectué une campagne dédiée au piégeage de la Tortue de Floride sur l’un de ces sites. En dépit d’une analyse préalable d’interventions similaires menées dans le Sud de la France, cette opération ne s’est malheureusement pas avérée concluante. Face à ce constat, le service départemental de l’ONCFS, le CEN Allier et les services de l’État (DREAL Auvergne et DDT de l’Allier) ont souhaité organiser, à titre expérimental, une opération d’élimination directe par tir de tortues de Floride sur plusieurs étangs et annexes fluviales concernés par la cohabitation des deux espèces. Ces sites sont situés sur les communes de Créchy, Montoldre, St-Rémy-en-Rollat et Varennes-sur-Allier, dans la région naturelle du « Val d’Allier Bourbonnais ».

Le service départemental de l’ONCFS et le CEN Allier ont été chargés de mener concrètement cette opération tandis que la DREAL et la DDT ont respectivement apporté leur concours financier et réglementaire. Une réunion de ces différents partenaires a été organisée en janvier 2014 afin de définir les modalités techniques et logistiques qui furent ensuite reprises dans l’arrêté préfectoral autorisant l’opération (consultable ici).

Préparation et déroulement de l’opération

L’opération a été menée entre le 1er avril et le 30 juin 2014 sur 4 plans d’eau localisés sur des territoires reconnus prioritaires pour la conservation de la Cistude d’Europe.

S’agissant d’une disposition imposée par l’arrêté préfectoral, l’accord écrit des propriétaires des étangs concernés a été préalablement recueilli par le CEN Allier, qui les connaissait en tant qu’animateur du plan d’actions pour la Cistude.

Les opérations de destruction ont été menées par un binôme composé d’un agent de l’ONCFS particulièrement impliqué dans la préservation de la Cistude, associé à un autre agent de l’établissement ou à l’animateur régional du plan Cistude. Au total, l’opération a mobilisé une équipe de 2 personnes durant 3.5 jours. Le matériel de tir utilisé était composé de deux carabines calibre 22 LR. Du 1er avril au 31 mai, l’équipe s’est munie d’une carabine à verrou équipée d’une lunette à grossissement 3, sans dispositif silencieux et réglée à 50 mètres. Du 1er au 30 juin, l’équipe a souhaité utiliser une carabine à verrou équipée d’un silencieux, d’une lunette à grossissement 4, réglée à 25 mètres. Si le tir au fusil aurait pu s’avérer plus facile, celui-ci n’a pas été retenu en raison de son manque de discrétion et des risques de dérangement de l’avifaune. L’emploi de jumelles s’est avéré indispensable pour l’identification des tortues.

En matière de sécurité, il était convenu que, pour chaque intervention, deux personnes soient présentes : le tireur et un accompagnateur chargé de la sécurité extérieure, en particulier afin de vérifier l’absence de personnes dans l’environnement immédiat du site au moment du tir. Seule cette précaution visant la sécurité des personnes s’est finalement avérée nécessaire pour mobiliser systématiquement un binôme technique d’intervention.

Les tortues de Floride ont été tirées lorsqu’elles étaient immobiles, en thermorégulation généralement sur un tronc d’arbre couché sur l’eau. Pour cela, les postes d’insolation ont été repérés avant l’opération, puis au fur et à mesure de la progression des tortues et permettant, au besoin, des interventions très ponctuelles d’ouverture de passages et de « fenêtres » de tirs dans la végétation. La tortue de Floride est en effet très farouche, et plonge à la moindre alerte.

Les jours d’opération ont été fixés en fonction des prévisions météorologiques et des disponibilités des agents. La température extérieure était toujours d’au moins 20° C. Les propriétaires des plans d’eau étaient avertis par le CEN Allier de chaque date d’intervention.

Au total, neuf sorties ont été réalisées entre le 10 avril et le 19 juin. Cinq agents de l’ONCFS et un chargé de mission du CEN Allier ont été mobilisés au cours de ces différentes opérations.

Résultat de l’opération

Au total, 16 tortues de Floride ont pu être dénombrées. 15 individus (95 %) ont fait l’objet de tirs et 9 (56 %) ont pu être détruites.

carte_tortueFlo

Analyse

La quasi-totalité des tirs ont été effectués à une distance de 5 à 25 mètres. Le réglage de la lunette pour un tir à 25 mètres semble donc le plus judicieux.

S’agissant de l’armement, le calibre de la carabine utilisé paraît adapté à cet emploi. Le tir est précis jusqu’à environ 30 mètres, en fonction du tireur. Il n’est pas noté de différence significative quelque soit le réglage préalable de la lunette. Les tirs sont réalisés autant que possible avec appui (sur un arbre). L’emploi d’une canne de pirch pourrait être justifié. L’emploi d’un silencieux n’est pas indispensable, les tortues étant peu sensibles au claquement du coup de feu. Par contre, l’impact dans l’eau, en cas de tir manqué, peut entraîner leur fuite. Certaines ont été tirées 2 fois, et pour l’une d’elle trois fois à la suite. La période était bien choisie mais aurait pu être étendue jusqu’au 15 juillet, les tortues de Floride étant encore visibles à cette date. Plusieurs sorties ont été infructueuses pour cause de manque de soleil. Les tirs sont autant que possible fichants, dirigés vers une berge ou avec un angle de plus de trente degrés par rapport à l’eau.

Conclusions et perspectives

Selon les opérateurs de terrain, l’efficacité des opérations peut être renforcée par deux facteurs principaux : le moment des sorties (« fenêtre » météorologique à optimiser) et l’adresse des tireurs.

Au final, ces résultats ne peuvent être interprétés que comparativement aux autres méthodes de capture ou d’élimination des tortues de Floride. De ce point de vue, l’efficacité du tir, effectué par des personnes qualifiées, semble réelle. Le temps moyen passé à éliminer une tortue de Floride est ici évalué à environ 3 heures. L’expérience est de nature à réduire ce temps.

Les résultats de cette première opération feront l’objet d’une présentation au comité régional « faune exotique envahissante » qui se réunira en fin d’année. Ce comité sera sollicité pour se prononcer sur l’opportunité de renouveler voire d’étendre cette action en 2015.

Bibliographie

MARANDON J.L. 2014. Tir expérimental de Tortues de Floride (Trachemys scripta) dans le département de l’Allier – rapport ONCFS, 10 p

VERON, F. 2011. Plan régional d’actions pour la Cistude d’Europe en Auvergne (2011-2015). Direction régionale de l’environnement, de l’aménagement et du logement d’Auvergne, Conservatoire d’espaces naturels de l’Allier. 71 p.

BEAUCLAIR, C. 2012. Étude et gestion de tortues exotiques présentes au sein de sites occupés par la Cistude d’Europe. Rapport de stage de Licence professionnelle « gestion des ressources environnementales en milieu rural ». Université de Caen Basse-Normandie, Conservatoire d’espaces naturels de l’Allier. 76 p.

Cet article est également disponible en : Anglais

Contacter le Centre de ressources EEE

Pour toute information, n'hésitez pas à nous contacter. Vous reviendrons vers vous le plus rapidement possible. Cordialement, l'équipe de mise en oeuvre du Centre de ressources EEE.

Not readable? Change text. captcha txt
0
Usagers sur un plan d'eau colonisé par la Jussie - Alain Dutartre
X