L’Occitanie se dote d’un plan d’action contre le Crabe bleu

 In Actualités, Evènements

Originaire des côtes atlantiques des États-Unis, le Crabe bleu (Callinectes sapidus) est maintenant régulièrement observé sur une grande partie des côtes méditerranéennes françaises, sans connaissances précises de sa distribution spatiale.

La prolifération de ses populations pourrait occasionner des dégâts importants tant sur le plan économique (détérioration des filets de pêche et des prises, prédation possible sur les moules et les huîtres…), qu’écologique (compétition et prédation sur de nombreuses espèces des lagunes, des estuaires et potentiellement sur les habitats N2000).

Les acteurs de la pêche, de la conchyliculture et de l’ostréiculture, ceux de la gestion des espaces naturels littoraux et de la recherche théorique et appliquée, inquiets des conséquences possibles du développement du Crabe bleu en Méditerranée, souhaitent s’organiser pour limiter les populations et enrayer son invasion tout en préservant la biodiversité des lagunes (habitat naturel N2000).

Un plan d’action régional sur le crabe bleu a été élaboré grâce à un important travail des acteurs de terrain et des services de l’État. S’inspirant de la structure de la stratégie nationale relative aux EEE, de l’expérience de la Corse et de l’Espagne, il a pour objectif de fédérer des acteurs pour atteindre une régulation des populations de Crabe bleu en Méditerranée. La DREAL Occitanie coordonne la mise en œuvre de ses différentes actions.

À l’initiative de la DREAL Occitanie, une journée d’échanges a été organisée le 28 janvier 2021 avec les acteurs régionaux impactés par la présence de cette espèce.

Cette journée, animée par une équipe-projet (constituée des partenaires suivants : Pôle relais-lagunes méditerranéennes/CEN Occitanie, CEPRALMAR (Centre d’Étude pour la Promotion des Activités Lagunaires et Maritimes), CRPMEM Occitanie (Comité Régional des Pêches Maritimes et des Elevages Marins), Observatoire Océanologique de Banyuls, MNHN-OFB et la direction de l’Écologie de la DREAL) a permis la rencontre d’une quarantaine de personnes travaillant dans des corps de métier et des territoires d’Occitanie différents. En outre, d’autres structures ont été invitées pour partager leur expérience sur la gestion de cette invasion (MNHN, Office de l’environnement de la Corse, DREAL Corse, Comité français de l’UICN/Centre de ressources EEE, Ifremer, OFB inter-régionale…).

Un réseau réunissant pêcheurs et gestionnaires d’espaces naturels

Le 28 janvier dernier, les interventions présentées ont répondu à un besoin d’information des gestionnaires d’espaces naturels, des pêcheurs et des services de l’État concernant la biologie de l’espèce, la réglementation, l’état actuel de la cartographie de l’espèce, les moyens de capture, les pistes de valorisation économique des individus capturés, les initiatives de veille scientifique ainsi que l’expérience de la Corse également concernée par le développement de cette espèce. Elles ont permis de diffuser des actualités dans ces différents domaines et de faire connaître les initiatives en cours.

Des ateliers ont été menés concernant la présence de l’espèce sur le littoral d’Occitanie et la recherche d’un système adapté de bancarisation des données de présence de l’espèce. Les pêcheurs ont ainsi apporté leur témoignage et fait part de leur inquiétude. Leurs observations indiquent que le Crabe bleu est présent sur la majorité du littoral occitan. Pour ce qui est de la bancarisation des données d’observation, une organisation régionale devrait voir le jour, en complément des systèmes nationaux existants (SINP, Cardobs). Des discussions ont aussi eu lieu au sujet de la valorisation économique éventuelle par une filière dédiée (pêche et commercialisation, recettes cuisinées dans les restaurants…). Les gestionnaires d’espaces naturels ont pu faire état de leurs craintes face à une possible ressource qui pourrait devenir une filière économique difficile à abandonner en cas de réussite de la limitation des populations.

Synchroniser la lutte avec les migrations saisonnières de l’espèce

La mise en commun des données sur la biologie de l’espèce par les différents intervenants et les discussions qui ont eu lieu entre chercheurs, pêcheurs et gestionnaires apportent des informations croisées sur les flux d’individus lors de la reproduction. La reproduction est effective en Occitanie et particulièrement prégnante dans les lagunes de Canet et de La palme. Tous les stades du cycle de vie ont pu y être observés. Les accouplements pourraient s’effectuer dans les lagunes au printemps et en été, alors que les pontes seraient effectuées en mer à la fin de l’été (période ou les œufs sont noirs : plus les œufs sont noirs, plus on est proches de l’éclosion des larves). Le stade larvaire se déroulerait en mer et les juvéniles reviendraient dans les lagunes pour y grossir. Ces déplacements pourraient être fortement influencés par les températures (gradient de pêche positif vers les températures chaudes) et la salinité. La stratégie de capture devra tenir compte de ces informations et intégrer les flux d’individus dans les graus, qui sont de véritables goulots d’étranglement, et les périodes auxquelles les œufs sont matures. Il est également attendu une coordination du réseau d’acteurs de la gestion des espaces naturels, de la pêche, de la recherche et des sciences participatives, pour optimiser la bancarisation et la centralisation des données d’observation et de capture du Crabe bleu, notamment en utilisant le SINP. La mise à disposition actualisée des informations devrait ainsi permettre leur visualisation dynamique et cartographique.

Trouver le juste milieu entre une éventuelle valorisation économique et une intégration de l’espèce dans la culture locale

Le prélèvement intensif de crabes par la pêche est le seul moyen de régulation connu actuellement. Cela représente un travail conséquent. Il nécessite de mettre en place une organisation et une logistique de pêche et de valorisation de ces produits qui soit économiquement viable pour les pêcheurs concernés. La filière de valorisation qui s’organise doit naviguer entre la valorisation du produit et la sensibilisation aux conséquences négatives des espèces exotiques envahissantes. Il a été recommandé que la valorisation permette un écoulement des crabes pêchés tout en évitant la spécialisation des pêcheurs concernés et en s’assurant d’une certaine traçabilité pour les circuits courts. Parmi les risques, il y a aussi l’intégration de l’espèce dans la culture locale. Il est recommandé d’éviter une communication et des opérations de marketing qui orienteraient l’intégration du crabe bleu dans la culture locale occitane.

Conclusions et perspectives

Pour finir, l’intérêt de la démarche a été souligné par le Comité français de l’UICN qui a confirmé l’importance du rôle de l’échelle régionale pour mettre en place des actions pilotes sur la façade méditerranéenne. Des actions d’information et de capitalisation des connaissances et des expériences seront utiles pour la suite et pour les autres acteurs confrontés à la problématique des espèces non-indigènes marines en Méditerranée et au-delà. La présence conjointe des professionnels de la pêche et des gestionnaires d’espaces N2000, et leur implication mutuelle dans tous les axes de la stratégie ont aussi été soulignées et appréciées. Enfin, cette journée a été saluée par le président du Comité régional des Pêches maritimes et des élevages marins, qui s’est dit satisfait des échanges et souhaite que les acteurs continuent à travailler ensemble.

Suite aux échanges partagés le 28 janvier, le plan d’action doit être mis à jour. Pour cela, des ateliers et groupes de travail devraient permettre de finaliser la cartographie et la bancarisation des données. Des outils collaboratifs sont aussi en cours de réflexion pour mieux alerter les acteurs des variations saisonnières notamment et des connaissances sur la reproduction.

En savoir plus 

Le point sur les connaissances existantes sur la biologie et l’écologie de l’espèce :

Pascal Romans le 28/01/21 lors de la rencontre de la DREAL Occitanie autour du plan d’action régional.

 

  • Contact 

Plan régional d’action Crabe bleu :
Isabelle Mandon-Dalger
Chargée de mission Appui scientifique N2000 & coordination crabe bleu
Direction Ecologie – Division Biodiversité méditerranéenne et continentale
DREAL Occitanie – Montpellier

 

Cet article est également disponible en : Anglais

Contacter le Centre de ressources EEE

Pour toute information, n'hésitez pas à nous contacter. Vous reviendrons vers vous le plus rapidement possible. Cordialement, l'équipe de mise en oeuvre du Centre de ressources EEE.

Not readable? Change text. captcha txt
0
X